Comment débuter et apprendre rapidement une nouvelle discipline à l’âge adulte ? (en 20h chrono)

Bienvenue sur Learneuse.com ! Comme ce n'est pas la première fois que vous venez sur le blog, vous voudrez sans doute lire le guide "Libérez votre Pouvoir Naturel d'Apprendre" qui vous explique pourquoi et comment entretenir ce talent inné pour progresser dans vos études, votre job et vos passions et allez au bout de vos rêves. Cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement ! 🙂

comment-apprendre-rapidement-adulte

Cet article participe au carnaval d’articles “Mes meilleurs conseils pour débuter une discipline à l’âge adulte” organisé par Marie Leloup du très chouette blog Jouer-du-violon.com.

Marie est violoniste professionnelle et vous accompagne pas à pas dans la pratique de cet instrument pas aussi inaccessible qu’on peut le croire. Pour vous en convaincre, vous pouvez lire son article “7 bonnes raisons de commencer le violon”. Le plus passionnant, c’est de suivre son défi en vidéo où elle vous apprend chaque semaine à travailler un nouveau morceau.

 « Je suis trop vieux pour ça ! »…

Vous êtes-vous déjà fait cette réflexion un jour où tout un coup l’envie de vous former à un nouveau métier, de reprendre le basket ou de vous mettre enfin au piano a refait surface ?

Repensez-vous parfois avec regret aux activités qui vous faisaient vibrer étant enfant ou adolescent, celles que vous avez malheureusement dû laisser au bord du chemin faute de temps ?

Avez-vous, comme moi, une liste de choses que vous aimeriez faire absolument avant de mourir qui dort au fond d’un placard ?

Il y a tant à apprendre et si peu de temps Crying face.

Et bien, c’est le moment de sortir votre liste et de la dépoussiérer !

Parce que, NON, il n’y a pas de date de péremption pour apprendre de nouvelles choses,

OUI, il existe au 21ème siècle, des moyens de débuter et d’apprendre rapidement tout ce que vous souhaitez à tout âge. Foi de Learneuse ! Nerd smile

C’est en me lançant dans un de mes nouveaux projets d’apprentissage que j’ai eu l’idée du thème de cet article.

J’ai un truc sur lequel je bloque depuis mon enfance : je n’ai jamais réussi à jouer un morceau de piano de mémoire et en public. C’est vraiment hyper frustrant, surtout quand, dans une soirée entre amis ou une fête familiale, quelqu’un prend sa guitare ou se met au clavier pour enchaîner, comme ça, l’air de rien, à la cool, sans partitions, plusieurs morceaux Surprised smile. J’aimerais tellement savoir faire ça.

Bref, j’ai donc cherché une méthode qui m’aiderait à atteindre mon objectif rapidement et je suis tombée sur le livre « The first 20 hours » de Josh Kaufman.

Ce learning-addict a appris le ukulélé, le surf, le yoga, la programmation, la dactylographie et le jeu de Go en un temps record grâce à la méthode des 20h qu’il a développée.

Ce livre m’a concrètement été utile pour mettre en place une routine quotidienne et avancer dans mon projet « piano » (je vous en reparlerai dans mes chroniques de learning-addictWinking smile). C’est comme si le brouillard dans lequel je baignais jusque-là s’était dissipé.

Je me suis dit que cette découverte pourrait vous aider à enfin passer au-dessus des barrières qui vous empêchent de débuter et à apprendre rapidement ce que vous avez toujours rêvé de faire.

Dans cet article, je partage avec vous une synthèse de conseils tirés de mon expérience et les principes de la méthode universelle d’apprentissage accéléré de Josh Kaufman :

I- Passer au-dessus de vos barrières mentales et lancez-vous !

II- Comment tout apprendre rapidement avec le sourire : le témoignage d’un learning-addict

III- LES 10 principes de la méthode des 20 premières heures de J.Kaufman (exemple à l’appui : l’apprentissage rapide du Ukulélé )

Suivez le guide Be right back

I- Passer au-dessus de vos barrières mentales et lancez-vous !

L’âge adulte (celui où l’on devient un peu trop sérieux et où on se rigidifie un peu pour se dire « Ouh ! La ! La ! Faire ce que j’ai toujours rêvé de faire, c’est pas pour moi ! ») commence parfois très tôt. J’ai lu le témoignage de jeunes de 30 ans se poser par exemple la question : « J’ai 30 ans, suis-je trop vieux/vieille pour bloguer ? » ou des jeunes de 20 ans se dire : « C’est trop tard pour commencer la danse, j’ai dépassé l’âge et je n’ai plus le temps ».

C’est fou la facilité avec laquelle nous commençons à nous mettre des barrières mentales dès le plus jeune âge. Personnellement, je lutte quotidiennement pour lever un à un tous les freins qui m’empêchent d’agir avec confiance.

Voici quelques réflexions qui vous aideront,  je l’espère, à alléger votre sac à dos de croyances négatives et à sauter par-dessus ces barrières encombrantes.

les-barrieres-de-l-apprentissage-rapide

Barrière n°1 : “Je suis trop vieux”

Variantes : « Je suis rouillée », « J’ai pas de mémoire », « Je vais être ridicule », « J’ai plus la santé ».

Si vous avez lu mon guide sur le « Pouvoir Naturel d’Apprendre », vous savez qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre. La psychologue Carol Dweck nous le répète dans son livre « Mindset »:

«  Ton cerveau est comme un muscle : plus tu l’utilises, plus il se développe ».

Ce n’est pas plus compliqué que cela.

L’Être humain est magique. Selon John Medina, illustre neuroscientifique qui s’est penché sur les lois de fonctionnement de notre cerveau, nous possédons deux moteurs formidables pour apprendre tout au long de notre vie (et survivre) :

  • Nous sommes des explorateurs-nés. Nous aimons naturellement observer, visiter, tester notre environnement, émettre des hypothèses et en tirer des conclusions. C’est ainsi que nous avons traversé les millénaires et que nous avons créé le feu, la roue, le train et l’Iphone. Il suffit de regarder les petits enfants s’activer encore et encore avec tout ce qu’ils trouvent sous la main pour s’en rendre compte. Malheureusement, selon les individus, la façon dont nous traversons les épreuves de la vie (éducation, école, travail) viendra inhiber ce processus naturel. Et pourtant, nous avons tous la capacité de stimuler notre potentiel d’explorateur. Rester curieux est le carburant nécessaire au développement de notre cerveau, quel que soit l’âge.
  • Nous avons un atout pour progresser : notre plasticité cérébrale. Nos compétences ne sont pas figées dans le temps. Notre curiosité et nos nouvelles expérimentations permettent de créer de nouveaux réseaux de neurones. En clair, nous pouvons modeler et muscler notre cerveau à notre guise. Cette formidable plasticité cérébrale sera d’autant mieux entretenue que nous évoluerons dans un environnement bienveillant et enrichissant et que nous pourrons choisir des méthodes d’ apprentissages adaptées à notre « câblage interne ». Bref, affirmer que « vous êtes définitivement nul dans une discipline » est une aberration. Potentiellement, vous avez la capacité de progresser dans tous les domaines qui vous motivent et à tout âge. A l’inverse, un cerveau sous-stimulé va s’encroûter (et là, vous vieillirez pour de vrai !).

trop-vieux-pour-apprendre-rapidement

Barrière n°2 : Je n’ai pas le temps

Variantes : « J’ai trop de boulot », « Avec les enfants, j’ai pas une minute à moi », « l’ai des choses plus sérieuses à gérer », « je suis crevée »

C’est un vrai problème de société qui, je pense, est à l’origine de bien des maux de notre Monde actuel. Nous sommes débordés, nous courons toute la journée. Après quoi ? Je ne sais pas vraiment. Désolée, je divague un peu parce que je me questionne tous les jours sur ce sujet.

Revenons à nos moutons. Derrière ce «  je n’ai pas le temps d’apprendre de nouvelles choses » se cache peut-être d’autres raisons plus subtiles :

  • Vous avez effectivement d’autres vraies priorités qui vous prennent toute votre énergie et qui comptent pour votre bien-être (prendre le temps d’élever votre bébé, faire votre place dans ce nouveau job, aménager votre maison, terminer votre master). Ce sont aussi de belles expériences d’apprentissages et si elles nourrissent votre vie, c’est ok. Gardez juste votre liste de choses à apprendre sous le coude pour plus tard, quand vous aurez à nouveau plus de temps.
  • Vous gaspillez passivement votre temps à des activités creuses. Vous vous égarez sur le net, vous visionnez un sitcom sans grande conviction, vous parcourez comme un zombie votre fil d’actus Facebook. Et si vous preniez la décision d’utiliser ce vivier d’heures inespéré pour caser votre nouvelle activité.
  • Vous vous mettez la barre trop haut : vous pensez que débuter une nouvelle discipline va vous prendre un max de temps et d’énergie. Il vous faudra des mois, voire des années avant d’espérer pouvoir jouer du piano comme Mozart ou jouer au basket comme Michael Jordan. Ça vous fatigue d’avance, vous préférez laisser tomber ! Mais est-ce vraiment votre objectif de devenir un expert ? Peut-être avez-vous juste besoin de vous trouver un objectif d’apprentissage adapté et atteignable ?

trouver-du-temps-pour-apprendre-rapidement

Barrière n°3 : Je n’ai pas la patience

Variantes : « Je ne suis pas motivé », « Apprendre, ça me saoûle », , «  ça demande trop d’efforts »

Que les choses soient claires. Il ne s’agit plus d’apprendre comme à l’école.

Le programme ne vous est pas imposé, vous avez le choix de la méthode, vous avez le choix des ressources, vous apprenez à votre rythme un sujet qui vous passionne et vous ne travaillez pas pour avoir les meilleures notes mais pour être compétent dans la vraie vie. Si vous voulez apprendre à faire du vélo, vous n’étudierez pas dans un livre comment tenir en équilibre ou écouter de longs discours sur les différentes techniques de pédalage. Vous allez acheter un vélo, monter en selle et pédaler jusqu’à ce que vous avanciez sans les petites roues. Pratiquer, pratiquer, c’est la clé !

Cela dit, maîtriser à minima une compétence demande effectivement un minimum d’efforts. Bien souvent, lorsque nous débutons, nous vivons mal ces premiers moments où nous sommes encore maladroits dans nos gestes et où nous cumulons les erreurs. Ce n’est pas très fun de louper toutes ses passes au ballon ou de jouer de fausses notes au piano. Le challenge est de traverser rapidement cette barrière de la frustration pour atteindre cette étape où, par magie, pratiquer devient un réel plaisir. Nous allons voir qu’un peu de méthode vous garantira une progression motivante.

débuter-la-barriere-de-la-frustration

II- COMMENT TOUT APPRENDRE RAPIDEMENT AVEC LE SOURIRE : LE TEMOIGNAGE D’UN LEARNING-ADDICT

Rien de telle qu’une histoire inspirante pour se convaincre que, nous aussi, nous pouvons nous lancer.

Josh Kaufman, entrepreneur et learning-addict

Josh Kaufman est consultant en business et auteur du best-seller mondial «The Personal MBA » où il concentre tous les meilleurs conseils qu’il a expérimentés pour monter son entreprise. Josh a en effet voulu montrer qu’il était possible de construire des compétences en gestion d’entreprise sans « claquer » 150 000 dollars dans un MBA. Pour cela, il s’est auto-formé en sélectionnant et lisant les meilleurs livres sur je sujet et en lançant son propre business.

C’est un learning-addict, il adore apprendre. Dans son livre « The first 20 hours », il raconte qu’il a lu 852 livres et qu’il en a 241 en attente sur sa liste Amazon. (Si vous voulez savoir comment lire et mémoriser autant de livres que lui, vous pouvez consulter mon article ” 8 habitudes pour lire plus vite et mémoriser l’essentiel”.)

Le cerveau de Josh Kaufman fourmille en permanence d’idées, ce qui lui pose tout de même souci dans son quotidien car il se sent toujours débordé avec tous ces projets en tête.

Josh et sa femme ont fait le choix de travailler à leur compte pour avoir cette liberté de faire ce qu’ils aiment. Lorsque leur petite fille Léla est née, Josh était heureux d’avoir le privilège de la voir grandir. Mais, il était aussi inquiet de ne plus avoir le temps de nourrir sa curiosité. Avec sa femme, ils se sont organisés pour que chacun s’occupe de la petite à mi-temps. Elever leur enfant était leur priorité.

Pour pouvoir caser ses projets d’apprentissage entre le boulot et les temps familiaux, Josh a donc dû se creuser les méninges et faire preuve d’astuces :

« Comment apprendre plus rapidement ? »

C’est ainsi qu’il a réussi à apprendre le ukulélé, le yoga, la dactylographie, la programmation, le jeu de Go, le surf tout en continuant à exercer son métier d’entrepreneur et à prendre soin de sa petite famille. « The first 20 hours » est la méthode qu’il a développé pour accélérer ses apprentissages.

the-first-20-hours

Qu’est-ce que vous voulez vraiment : devenir un top expert ou apprendre une compétence pour progresser et vous faire plaisir dans votre quotidien ?

Dans son livre, Josh Kaufman casse entre autre le mythe des « 10 000 heures ».

C’est Malcom Gladwell ,l’auteur d’ « Outliers, the story of success », qui évoque ce constat mentionné dans les recherches du dr K. Anders Ericsson de l’université de Floride. La conclusion de ses travaux est la suivante :

« il faut 10 000 heures en moyenne de pratique délibérée pour atteindre un niveau d’expertise dans n’importe quelle discipline. »

Cela équivaut à apprendre 8 heures tous les jours durant 3 ans et demi sans pauses, sans week-end et sans vacances. Si l’on considère que l’on bosse en moyenne 260 jours par an, c’est un job à temps plein durant 5 ans en supposant que vous ne vous consacriez qu’à cela durant vos heures libres.

Sachant que même les experts ne consacrent pas plus de 3h30 de pratique chaque jour, cela vous prendrait une dizaine d’année pour devenir le « Maître » dans votre domaine.

Réfléchissez. Voulez-vous vraiment jouer en NBA ou devenir le prochain Mozart ? Peut-être souhaitez-vous juste jouer avec des amis ou faire des tournois locaux ? Ou peut-être voulez-vous juste comme moi prendre plaisir à terminer les soirées familiales en musique et en chanson ?

Soyez rassuré ! Si votre ambition n’est pas de devenir un expert, il vous faudra largement moins de 10 000 heures pour construire les compétences qui vous permettront de pratiquer votre nouveau hobby avec le sourire.

Comment J.Kaufman a-t-il appris le ukulélé, le surf, le yoga, la programmation, la dactylographie et le jeu de Go en 20h chrono par discipline ?

En résumé, la méthode d’apprentissage des 20 heures de Josh Kaufman est simple. Vous allez apprendre à :

  • Déconstruire une compétence en plusieurs sous-compétences,
  • Apprendre l’essentiel de ces sous-compétences pour être capable de pratiquer correctement,
  • Vous affranchir des barrières physiques, mentales et émotionnelles qui vous empêchent de pratiquer,
  • Pratiquer au moins 20 h les sous-compétences les plus importantes.

Vous saurez ainsi :

  • Décider ce que vous voulez pratiquer précisément,
  • Chercher la meilleure manière de pratiquer,
  • Vous dégager du temps pour le faire,
  • Pratiquer jusqu’à atteindre votre objectif personnel.

 Avec un exemple et des principes concrets, vous allez mieux comprendre comment faire Smile.

III- LES 10 PRINCIPES DE LA METHODE DES 20 PREMIERES HEURES DE J.KAUFMAN (EXEMPLE A L’APPUI: L’APPRENTISSAGE RAPIDE DU UKULELE)

Dans cette dernière partie, je vous livre les 10 principes de la méthode des 20 premières heures illustrés par l’expérience de l’apprentissage du ukulélé de Josh Kaufman. J’ai plus précisément analysé cet exemple car j’y ai trouvé des idées pour savoir « comment apprendre rapidement à jouer un morceau de piano en public sans partition ».

Choisissez un projet que vous adorez

Josh a d’abord eu envie de reprendre la musique pour se détendre et se faire plaisir. Plus jeune, il jouait de la trompette dans un groupe et a arrêté. Il voulait jouer d’un instrument facile à transporter et chanter en même temps. Il a donc vite écarté la trompette et s’est tourné vers le Ukulélé.

« Adoptez un Ukulélé,

et vous ne vous ennuyerez plus jamais. »,

Hodgkinson, « The Freedom Manifesto »

Par dessus tout, ce qui l’a le plus motivé, c’est la perspective de pouvoir jouer tous les soirs un morceau de Ukulélé à sa fille Lela. Josh voulait qu’elle grandisse dans une maison baignée par la musique.

comment-apprendre-rapidement-a-jouer-ukulele

Concentrez votre énergie sur une compétence à la fois

Vous ne pourrez pas reprendre le basket, débuter en piano et apprendre le langage HTML simultanément. La dispersion va vous empêcher d’avancer à un rythme suffisamment soutenu pour rester motivé. Vous vous sentirez débordé et vous risquez d’abandonner en cours de route (je sais de quoi je parle ! C’est assez désagréable d’en arriver là !). Contentez-vous d’une compétence à travailler à la fois.

Définissez le niveau à atteindre

Donnez-vous un objectif à atteindre qui tienne compte de vos capacités physiques, de vos compétences actuelles et de vos contraintes d’organisation. L’idée est de pratiquer sereinement et en toute sécurité.

Josh a décidé d’apprendre à jouer et chanter les 4 accords de musique qui balaient quasiment tout le répertoire des chansons pop/folk les plus populaires (démo vidéo très amusante à la fin de cet article 🎸). C’est en visionnant la vidéo Youtube du groupe Axis of Awesome « The four chords Medley » qu’il en a eu l’idée.

Déconstruisez la compétence en « sous-compétences »

 C’est, selon moi, le principe le plus délicat à appliquer. Je trouve que ce n’est pas forcément évident de décomposer la pratique d’une compétence en plusieurs sous-compétences à acquérir. Vous pouvez vous aider d’un manuel, demander à quelqu’un qui enseigne la discipline ou tout simplement Googliser « Comment apprendre le Ukulélé ? »sur le web.

Voici les sous-compétences déclinées par Josh pour atteindre son objectif : Anatomie du Ukulélé, accorder l’instrument, les notes et les cordes, déchiffrer les 4 accords, jouer les 4 accords en synchronisant lecture et mouvement, maîtriser le rythme, jouer et chanter en même temps, créer des automatismes et jouer sans regarder ses doigts par la répétition.

decomposer-competence-en-sous-competences

Procurez-vous les outils déterminants

Il s’agit de sélectionner les meilleurs ressources, matériels ou cours pour apprendre.

Notre learning-addict s’est équipé avec un Ukulele de qualité, un accordeur, des cordes de rechange, un livre pour débutant , un livre de techniques avancées, un répertoire varié de chansons de variétés .

Il n’a pas souhaité prendre de cours avec un professeur. Il aime en effet apprendre par lui-même.

De votre côté, vous pouvez tout à fait faire le choix de prendre quelques heures de cours avec un bon prof pour vous donner des pistes de travail, un feed-back et/ou vous coacher.

Éliminez les barrières à la pratique

Attention de ne pas vous mettre des bâtons dans les roues dès le départ.

Par exemple :

  • Avoir du matériel défectueux,
  • Travailler sur des livres empruntés que vous devrez rendre rapidement,
  • Répéter dans un environnement où vous avez trop de distractions (bruits, emails,…).

De même, parmi les étapes à intégrer dans votre programme d’apprentissage, vous devez penser à voir comment limiter vos blocages émotionnels (peur, doute…). Des outils comme la méditation, l’hypnose ou la kinésiologie peuvent vous accompagner dans votre aventure.

Consacrez des plages horaires pour pratiquer

Prenez un engagement avec vous-même. Vous devrez avoir pratiqué au moins 20 heures avant une date que vous vous serez fixé à l’avance. Choisissez de démarrer votre projet d’apprentissage à un moment de l’année où votre planning sera plus léger.

Josh recommande de travailler 1h30 par jour si possible.

Au début, il pratique le Ukulélé le soir avant d’aller se coucher puis finit par faire plusieurs séances de répétition dans la journée.

Obtenez du feed-back

Trouvez des moyens de savoir si vous êtes en bonne ou mauvaise voie. Vous pouvez par exemple vous enregistrez en vidéo ou demander l’avis d’un mentor, d’un prof ou d’un pratiquant confirmé. Essayez de corriger rapidement vos erreurs et de ne pas cristalliser de mauvaises pratiques.

Minutez-vous et travaillez pendant de courtes périodes

Travaillez avec un minuteur. Fixez-vous des plages de 20 minutes où vous êtes concentré à 200 % sur l’acquisition de la compétence. Répétez les 20 minutes, 3 à 5 fois par jour et vous verrez les progrès.

Mettez l’accent sur la quantité et la vitesse

Au début, vous serez peut-être tenté de pratiquer parfaitement. Attention au perfectionnisme contre-productif ! Concentrez vous plutôt pour pratiquer aussi souvent que vous le pouvez et veillez à faire du mieux que vous pouvez.

Une expérience évoquée dans le livre Art and Fear (2001) de David Bayles et Ted Orland nous montre que pratiquer imparfaitement en quantité est la clé pour maîtriser une compétence :

Un prof de poterie décide de diviser sa classe en 2 groupes. Les élèves du groupe 1 seront évalués sur la quantité de création qu’ils auront faites et le groupe 2 sur la qualité. A la fin de la séance, il pèsera les productions du groupe 1. Plus le poids sera élevé, plus ils seront bien notés. le groupe 2 ne réalisera qu’un pot.

Le résultat est étonnant : les plus belles productions ont été crées contre toute attente par le groupe 1 qui a eu l’opportunité d’apprendre de ses erreurs alors que le groupe 2 a dû réfléchir et théoriser longuement avant de créer.

Par la force des choses, Josh Kaufman a été lui aussi obligé de s’entraîner en quantité et à grande vitesse. Pendant qu’il débutait, un de ses amis lui a demandé de remplacer un intervenant au pied levé pour une grosse conférence. Le principe était que chaque conférencier appuie son discours par une surprise. Josh a tout naturellement eu envie de parler de son expérimentation de la méthode des 20 premières heures et de créer la surprise avec un mini-concert de Ukulélé. Sauf qu’il n’avait que 10 jours pour progresser et se produire pour la première fois en public.

Grâce à sa méthode et à son objectif ciblé (maîtriser 4 accords principaux pour jouer un max de morceaux), il a réussi à obtenir un résultat honorable avec 10 heures de pratique. Son concert s’est très bien passé, sans fausse notes et dans la bonne humeur Smile.

pour-apprendre-rapidement-pratiquer

S’il n’y a qu’une chose à retenir pour débuter et apprendre rapidement tout ce que vous voulez : Arrêtez de penser à pratiquer ou de vous inquiéter de pratiquer ! Ça vous “bouffe” de l’énergie inutilement ! Contentez-vous de pratiquer tout court, sans cesse et avec le sourire !

Avec ces 20 premières heures de pratique intensives et intelligentes, vous allez décoller rapidement et prendre confiance dans vos nouvelles compétences. Pour reprendre l’image du vélo, vous devez pédaler à une vitesse suffisamment rapide pour ne pas tomber et oser vous lancer cheveux au vent.

Par la suite, libre à vous de continuer au-delà des 20 heures si vous êtes passionné ou de passer à autre chose, si vous avez fait le tour de ce qui vous intéressait.

Dans quelle discipline aimeriez-vous débuter ? J’ai hâte de vous lire dans les commentaires !

A bientôt sur Learneuse.com !

Pour aller plus loin :

  • Le livre de Josh Kaufman « The First 20 hours, how to learn anything fast » (uniquement en anglais).
  • La prestation de Josh Kaufman au Ukulélé (2mn 21s): il nous joue le medley “Four chords” pour nous montrer que l’on peut accompagner tout le répertoire pop avec 4 accords !

Aimer et partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

12 réflexions sur “Comment débuter et apprendre rapidement une nouvelle discipline à l’âge adulte ? (en 20h chrono)

    • Jo Andria dit :

      Coucou Maya, Oui cette méthode est totalement applicable aux langues étrangères. Il faut juste bien définir les compétences et sous-compétences de base à connaître pour atteindre son objectif d’apprentissage.

  1. Loïc dit :

    Ton article m’a donné envie de reprendre des vieux rêves mis de côté… J’adore cette façon de voir l’apprentissage.
    Les vacances commencent j’ai 20 heures devant moi !!!!!

  2. Jung dit :

    Wow quel article !
    Superbe contenu, superbes conseils et en plus, il se lit tellement facilement !
    Merci pour tous ces conseils. J’aime beaucoup toutes les références à Kaufmann. Je n’ai jamais pris le temps de m’intéresser à lui, mais ce que tu dis m’inspire et m’encourage à en apprendre davantage sur cette personne.

    • Jo Andria dit :

      Merci Jung ! Je trouve effectivement que c’est passionnant de s’inspirer des personnes qui ont gardé cette envie d’apprendre toujours et encore. Quelquepart, ils ont gardé leur âme d’enfant.

  3. Sophie dit :

    Merci, j’ai adoré ton article, très instructif !!!
    J’ai toujours voulu apprendre d’un instrument de musique, j’ai essayé le piano, le synthé, le saxo, la guitare, mais malheureusement, j’ai toujours vite abandonné.
    Je n’ai jamais trouvé la motivation, l’énergie de dépasser ses fameuses premières de frustration.
    Grâce à toi, j’ai découvert une technique et un auteur que je ne connaissais pas (enfin si, juste son livre MBA).
    Un grand merci, je vais sérieusement réfléchir à me remettre à la guitare…

    • Jo Andria dit :

      Coucou Sophie, je suis contente de savoir que cet article t’a redonné envie de te remettre à la guitare…C’est tout le but de ce blog ! Surtout pense à te faire plaisir et à te fixer des objectifs qui te permettent de voir rapidement des résultats appréciables. Je te souhaite une bonne redécouverte de la musique !

  4. Anne-Lise dit :

    Super article ! Effectivement, j’allais dire aussi que cela s’applique à l’apprentissage d’une langue étrangère 🙂 En se fixant un objectif clair pour savoir où on veut aller et quelles compétences on doit acquérir pour atteindre cet objectif 🙂 Cet article très positif montre bien qu’on peut tous y arriver 🙂 En plus ça retarde le viellissement du cerveau non?

    • Jo Andria dit :

      Coucou Anne-lise,
      Oui cette méthode s’applique très bien à l’apprentissage d’une langue étrangère. Savoir déjà parler rapidement l’essentiel des phrases les plus courantes aide certainement à rapidement avoir confiance pour parler. Et apprendre et réfléchir comment bien apprendre, oui, c’est une excellente cure de jouvence pour les neurones 😊!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *