8 habitudes pour lire plus vite et mémoriser l’essentiel d’un livre (+mon avis sur la lecture rapide)

lecture rapide ou active

Vous avez envie d’en apprendre plus sur le marketing digital, la couture facile ou la biologie moléculaire?

Rien ne vaut un bon livre pour faire vos premiers pas ou vous perfectionner sur le sujet.

Mais si vous êtes comme moi, vous entassez des piles de livre non lus sur votre table de chevet et vous désespérez de trouver un jour le temps de vous attaquer à cet Everest de papierSad smile.

Pour l’anecdote, je pense que ce phénomène doit être courant chez nous les humains du 21ème siècle puisque les japonais ont même créé un mot spécial pour cela : le tsundoku, mot-valise qui signifie « lecture empilée dans un but futur d’utilisation » 😊.

Je me suis donc dit qu’une solution simplissime serait de lire plus vite pour pouvoir caser mes lectures ici et là dans mes journées. Sauf qu’après avoir parcouru des tas de ressources sur la lecture rapide, j’ai compris que ce n’était pas vraiment une solution qui me convenait. Franchement, à quoi bon lire en accéléré si c’est pour ne comprendre que la moitié des choses, ne rien retenir et perdre le plaisir d’apprendre ce que ces auteurs ont à partager ?

J’ai trouvé beaucoup mieux pour apprécier et mémoriser l’essentiel d’un livre tout en optimisant son temps de lecture : la lecture active.

Voici le programme de cet article :

I- Savoir lire vite et bien, une compétence tout-terrain utile au quotidien

II- Les limites de la lecture rapide : Lire plus vite à tout prix, bof ! Lire malin et efficace, oui !

III- 8 habitudes de lecteur actif pour lire vite et bien sans perdre en compréhension et mémorisation

Suivez le guideBe right back

I- Savoir lire vite et bien, une compétence tout-terrain utile au quotidien

(Wouah ! Je fais des rimes dans mes titres maintenantSmile with tongue out)

Articles de presse, livres, brochures, contrats, rapports, notes de service, courriers administratifs, articles de blog, publicités, mails, cours…L’information écrite a envahi notre quotidien.

Pour ne pas se laisser déborder et faire le tri dans cet océan de données, il est nécessaire de développer des aptitudes à trier cette information, à la comprendre et à en tirer des enseignements. C’est ainsi que chacun pourra progresser dans ses projets.

Que vous soyez collégien, étudiant, salarié, entrepreneur, blogueur ou retraité, savoir lire vite et bien vous permettra d’aller rapidement à l’essentiel et et vous aidera à apprendre davantage en un minimum de temps.

Avant d’aller plus loin, je vous propose de découvrir ces différents portraits*  pour définir quel type d’apprenant-lecteur vous êtes :

  • Le distrait : Lorsque vous lisez, votre esprit divague facilement, vous pensez à vos petits soucis du quotidien ou à ce que vous devrez faire plus tard…Arrivé au bas de la page, vous vous demandez ce que vous avez bien pu lire,

lecture rapide le distrait

  • L’oublieur :Vous êtes super content d’arriver à la fin de votre lecture et au moment d’expliquer ce que vous avez retenu, pffft…plus rien,

oublier ce qu on lit

  • Le feuilleteur  : Lorsque vous ouvrez votre livre, vous picorez au gré de vos envies, sans but précis, un paragraphe par ci, une phrase par là, voire vous passez à un autre livre et vous faîtes la même chose. Bref, vous partez dans tous les sens…Eh ! Au fait ! Vous deviez apprendre quoi au juste ?

lire rapidement et feuilleter

  • Le boulimique : Vous dévorez sans distinction mot à mot toutes les pages du livre, préface, notes de bas de page, remerciements et bibliographie y compris. Vous lisez et relisez religieusement plusieurs fois chaque chapitre…Stop là ! C’est pas le tout, mais vous deviez publier le résumé de ce livre pour demain !

lire activement le boulimique

  • Le ficheur :Vous lisez et recopiez soigneusement et intégralement de longs passages du livre sur des fiches. C’est long, ça vous occupe (passivement)…Sinon ? D’après vos fiches, quelles sont les idées lumineuses à retenir de ce livre ?

lecture active le ficheur

*(Source : Université Teluq)

 Alors ? Vous reconnaissez-vous dans l’un ou l’autre de ces portraits d’apprenant-lecteur ?

Si c’est le cas, je vous encourage à lire la suite.

Je vais vous parler d’ une stratégie de lecture qui va vous rendre plus heureux et plus compétent  en vous aidant à :

  • Lire et apprendre plus vite,
  • Lire et apprendre davantage,
  • Synthétiser plus facilement un livre ou un document,
  • Mieux mémoriser les idées-clés d’un ouvrage.

Mais attention de ne pas se tromper d’outils et de méthodes. Pour y voir plus clair, faisons d’abord un point sur le sujet “Lecture rapide vs lecture active”.

II- Les limites de la lecture rapide : Lire PLUS vite A TOUT PRIX, bof ! Lire malin et efficace, oui !

lES TECHNIQUES DE lecture rapide

Lire plus vite peut être un objectif tentant pour apprendre et ingurgiter plus d’informations. Vous trouverez sur la toile de nombreux outils, formations et stages intensifs en lecture rapide qui promettent de vous faire passer d’une vitesse de lecture de 200 à 400 mots/minute en moyenne à 1000 mots/minute.

Les techniques de lecture rapide les plus souvent évoquées sont les suivantes :

  • La subvocalisation ou suppression de la « petite voix » qui lit les mots dans notre tête,
  • L’élargissement de notre champs de vision pour lire plus de mots à la fois,
  • La présentation mot après mot du texte par un outil appelé “Tachistoscope” (cf ci-dessous) pour éviter les relectures, les pauses ou les mouvements oculaires que nous faisons naturellement lorsque nous lisons.

LE TEST

En bonne “Learneuse”, je me suis amusée à tester tout cela ponctuellement. J’ai d’abord voulu savoir grossomodo ma vitesse de lecture (Vous trouverez le lien pour faire le test à la fin de cet article). A priori, je suis dans la moyenne (368 mots/mn) avec une bonne compréhension (82%). Puis, j’ai essayé d’appliquer les 3 techniques précédentes.

Et ben, Dur ! Dur !Confused smile J’ai détesté devoir m’empêcher de subvocaliser (ça m’a paru être un truc insurmontable à faire !). Lire sans entendre ma petite voix, c’était un peu comme me forcer à manger sans sentir le goût des aliments.

Pour ce qui est de la lecture mot à mot avec un Tachistoscope, elle m’a donné l’impression d’être réduite à l’état de robot (je n’ai pas compris la moitié de ce que je lisais !). C’était comme ingurgiter une lecture industrielle sous cellophane. Je ne savais plus vraiment quels en étaient les ingrédients et quelle était leur provenance 😕.

Tous ces artifices m’ont semblé contre nature. Personnellement, j’avais envie de trouver des méthodes de lecture efficace qui s’appuieraient plutôt sur nos aptitudes naturelles à apprendre…Quelque chose de plus “organique”, plus “ergonomique” si vous voyez ce que je veux dire.

LES LIMITES DES TECHNIQUES DE LECTURE RAPIDE

J’ai voulu en savoir plus sur le bien fondé de ces techniques. J’ai donc fait quelques recherches complémentaires et ai découvert les travaux d’Elizabeth Schotter1, psychologue cognitive de l’Université de Californie. Cette scientifique a conduit les travaux les plus récentes sur l’efficacité des techniques de lecture rapide et conclut :

«Aucun être humain ne peut lire 1.000 ou 2.000 mots par minute et maintenir les mêmes niveaux de compréhension qu’à 200 ou 400 mots par minute.»

A titre d’exemple, concernant la pertinence de supprimer la subvocalisation, elle explique qu’«Il existe de nombreuses preuves que, lorsque les gens reconnaissent des mots visuellement, ils ont accès aux sons de ces mots pour les comprendre.»

En d’autres termes, même si vous ne lisez pas à haute voix, votre cerveau envoie des signaux à vos cordes vocales pendant que vous lisez. Les mécanismes de la lecture sont intimement liés aux mécanismes auditifs de notre cerveau. Les travaux d’E. Schotter concluent qu’essayer de séparer les deux en empêchant la “Petite voix” de parler dans notre tête ferait plus de mal que de bien.

Je reviendrai certainement dans un prochain article vous parler de façon plus détaillée de ces dernières découvertes sur les mécanismes de lecture et la réelle efficacité des techniques de lecture rapide.

Pour l’instant, retenez que c’est la vitesse d’apprentissage qui est importante pour nous et pas la vitesse de lecture.

vitesse de lecture vs vitesse d'apprentissage

Les techniques de lecture rapide n’étant à priori pas la panacée pour comprendre et mémoriser durablement (elles sont certainement utiles pour d’autres choses), je vous encourage à vous concentrer prioritairement sur les techniques de lecture active pour mieux apprendre avec les livres.

Plutôt que de lire plus vite a tout prix, soyez actif, lisez malin et efficace

Les données scientifiques montrent que les “lecteurs rapides” les plus performants utilisent en réalité bien d’autres stratégies qui expliquent leur vitesse de lecture incroyable.

Un lecteur qui connaît bien le sujet abordé dans un livre et qui sait sélectionner les éléments clés à lire dans un texte lira à coup sûr beaucoup plus efficacement :

Efficacité de lecture= Vitesse+Compréhension+Mémorisation

Dans une étude2 parue en 1985 dans “Reading Research Quarterly”, Ronald Carver, professeur de recherche en éducation et psychologie à l’Université de Missouri-Kansas City, remet en question la vitesse de lecture réelle affichée par d’illustres lecteurs ultra-rapides. Parmi eux, se trouvait le Président J.F. Kennedy qui avait suivi une formation en “lecture rapide”. Il affirmait pouvoir lire à la vitesse de 1200 mots/minute. Très pratique pour parcourir la presse nationale et internationale chaque jour.

R. Carver a étudié la corrélation entre vitesse de lecture et taux de compréhension de 16 lecteurs confirmés et ultra-rapides (étudiants universitaires brillants, lecteurs rapides…). Il a observé que la vitesse maximum que peuvent atteindre les meilleures lecteurs rapides pour un taux de compréhension acceptable est de 500 et 600 mots par minute, Au-delà, le taux de compréhension et la mémorisation des détails chutent significativement.

Le score affiché de 1200 mots/minute de JFK s’explique par le fait que l’ancien chef d’Etat avait la capacité d’écrémer avec pertinence les mots et paragraphes qu’il lisait. Comme les 16 sujets de l’étude de R. Carver, Il comprenait l’essentiel rapidement sans avoir à lire l’intégralité des textes. A force de lire, il avait une connaissance large et suffisamment étoffée des sujets pour vite “capter” les principales idées en glanant les mots et phrases-clés et en zappant le reste.

JFK lecteur rapide

Nous allons donc nous inspirer du lecteur JFK et troquer notre habit de lecteur passif (Ne le jetez pas ! Il est très sympa pour se détendre avec une BD ou un roman Winking smile) pour notre habit de lecteur actif.

Etre un lecteur actif, c’est en quelque sorte interagir avec ce que vous lisez, comme si vous dialoguiez avec l’auteur en essayant de comprendre ce qu’il vous dit et en le questionnant. Vous allez transformer votre expérience de lecture en connaissances et en compétences.

Voici comment faire en adoptant 8 habitudes de lecture active.

III- 8 habitudes de lecteur actif pour lire plus vite sans perdre en compréhension et en mémorisation

Habitude n°1 : Se fixer un objectif de lecture

« Celui qui n’a pas d’objectifs, ne risque pas de les atteindre », Sun Tzu.

Avant de commencer à lire, demandez-vous ce que cette lecture va vous apporter :

  • Avez-vous besoin de répondre à une question précise ?
  • Cherchez-vous à approfondir la maîtrise d’une technique en particulier ?
  • Voulez-vous connaître les bases d’une discipline ?
  • Devez-vous faire un résumé de ce livre pour votre blog, votre chef ou pour les besoins d’un cours ?
  • Souhaitez-vous recueillir des témoignages, des exemples ou des exercices pratiques pour mieux comprendre ?

Ce travail vous aidera à distinguer ce sur quoi vous voulez vous attarder dans le livre et ce sur quoi vous passerez vite.

Habitude n°2 : Avant de vous plonger dans la lecture, éplucher le livre sous toutes ses coutures

C’est ce qu’on appelle le repérage. Vous allez survoler votre livre en ayant votre objectif en tête :

  • Parcourez la table des matières, les titres et sous-titres,
  • Lisez la présentation de l’auteur, l’introduction, la conclusion, la 4ème de couverture, les résumés de chapitre,
  • Repérez les mots et phrases en gras,
  • Balayez les illustrations : encadrés, schémas, tableaux.

lire plus vite avec le reperage

Normalement, après ce travail, vous savez grossomodo quelles sont les idées-clés développées par l’auteur et vous avez repéré les chapitres qui vous intéresseront le plus.

Le survol va vous permettre de visualiser la structure et l’organisation du bouquin. Cela va aider votre cerveau à comprendre et mémoriser.

C’est comme repérer votre trajet sur une carte avant un roadtrip en voiture. Vous savez où vous allez, vous connaissez les villes où vous ferez une halte et les raccourcis à prendre et vous arriverez plus facilement à destination.

Habitude n°3 : Choisir de ne pas tout lire

Cette habitude sera particulièrement utile aux lecteurs “boulimiques”.

Vous allez faire une lecture sélective de votre livre (écrémage).

En fonction de vos objectifs et du temps disponible, vous pouvez choisir de ne pas lire :

  • Ce que vous savez déjà,
  • Les passages répétitifs,
  • Les paragraphes trop détaillés par rapport à l’objectif,
  • Les développements inintéressants (et oui, il y a parfois du remplissage et du “bla bla” inutiles dans les livres).
  • Tout le livre si vous vous rendez compte qu’il ne répond pas à vos attentes après l’étape de repérage. Oui, je sais, c’est dur d’abandonner sa lecture quand on a investi dans un livre à tortBroken heart Crying facemais votre temps est beaucoup plus précieux !

Habitude n°4 : Lire les chapitres du livre dans l’ordre qui vous convient

Oubliez la lecture linéaire.

Personne ne vous oblige à lire en commençant par le début et en terminant par la fin ! Vous êtes maître de votre apprentissage. Lisez les chapitres au gré de vos besoins et dans un ordre qui sera adapté à votre progression personnelle.

Attention toutefois de ne pas tomber dans le syndrome du “feuilleteur” compulsif. Ne perdez pas de vue l’objectif de lecture que vous vous êtes fixé. C’est votre fil conducteur.

Habitude n°5 : Reconstituez l’essentiel de l’information sous une forme personnalisée

lecture active organiser les informations

Ceci est un conseil qui profitera entre autre aux lecteurs “oublieurs”.

Pour assimiler et mémoriser, il vous faut restructurer et réorganiser l’information afin qu’elle soit claire pour votre cerveau :

  • Prenez des notes sur le livre ou sur des post-it (idées-clés, citations chocs). Si vous êtes un lecteur “ficheur”, veillez à ne pas vous contenter de recopier le texte intégralement sans réfléchir mais bien à reformuler et résumer les concepts principaux,
  • Faites des dessins ou construisez une mindmap de ce que vous voulez retenir d’essentiel,
  • Parlez chaque jour de ce que vous avez appris à quelqu’un,
  • Résumez la lecture du jour dans un journal,
  • Mettez en pratique ce que vous venez de lire et d’apprendre.

Faire l’effort de vous approprier les informations de votre livre à votre façon sera payant pour la mémorisation. Comme vous pouvez le voir sur la pyramide ci-dessous :

  • En vous contentant de lire, vous ne retiendrez que 10 % du contenu 24 heures après votre lecture,
  • Si vous écrivez ou que vous parlez du contenu avec d’autres personnes, vous vous souviendrez de 70 % des informations 24 heures après,
  • Si vous mettez en pratique ou expérimentez ce que vous avez lu, vous aurez mémorisé 90 % du contenu 24 heures après.
Triangle d'apprentissage pour mémoriser

Interprétation du triangle de l’apprentissage d’Edgar Dale by Psychoslave (Wikipedia)

 

Habitude n°6 : Ne jamais cesser d’étoffer son vocabulaire

Finalement, il n’y a pas de secret. Plus vous connaîtrez de vocabulaire, plus vous lirez et comprendrez vite. Votre regard ne bloquera pas sur des mots inconnus ou indéchiffrables.

Durant vos lectures, n’hésitez pas à noter les mots et phrases que vous ne comprenez pas et à faire quelques recherches dans le dictionnaire.

Pour ceux et celles qui détestent interrompre leur lecture, essayez au moins de deviner le sens par le contexte (la phrase ou l’expression dans laquelle se trouve le mot) ou par la structure même du mot (suffixe, racine, préfixe).

Habitude N°7 : Lire souvent et de tout !

 Votre cerveau a la capacité d’évoluer et de créer de nouvelles connexions à tout âge de la vie. C’est ce qu’on appelle la plasticité cérébrale.

Votre job est de vous nourrir de nouvelles connaissances et expériences pour consolider vos réseaux de neurones et muscler votre matière grise.

Plus vous lirez de tout, plus vous élargirez votre savoir et votre vocabulaire, plus vous serez capable de faire des liens entre les domaines, plus vous comprendrez vite, plus vous gagnerez en efficacité de lecture et plus vous apprendrez facilement. C’est un cercle vertueux qui vaut la peine d’être entretenu.

Habitude N°8 : Mettre en place des conditions favorables à la concentration

C’est une évidence que j’avais envie de rappeler à mes amis lecteurs “distraits”.

Vous lirez plus efficacement si vous êtes reposé, installé confortablement dans un endroit calme à l’abri de toutes distractions.

N’oubliez pas que vous êtes engagé dans une lecture active. Pour pouvoir prendre des notes et garder votre cerveau en alerte, évitez d’être dans une posture du type « Je suis avachi dans mon canapé ! »Sleepy smile. Choisissez d’être assis dans une position qui vous permettra de rester dynamique pour écrire ou mettre en pratique si besoin. Si vous avez des difficultés à vous concentrer, vous pouvez allez lire mes 10 conseils pour apprendre à se concentrer.

lecture active et concentration

 

J’espère qu’avec ces nouvelles habitudes de lecture , vous prendrez plaisir à hacker votre éducation avec les livresNerd smile.

La bonne nouvelle, c’est que ces habitudes s’appliquent également aux autres documents écrits : rapports, notes, presse, mails etc….

Une dernière chose : Savez-vous que 80% des gens n’appliquent pas ce qu’ils lisent ?

Ils n’expérimenteront jamais ce qu’ils ont découvert au cours de leurs lectures.

Or, ✅une connaissance ne se transformera en compétence que si elle utilisée et testée dans la vraie vie.

Je vous souhaite donc de faire partie des 20 % de personnes qui passeront à l’action après avoir fermé leur livre. C’est ainsi que vous ferez la différence et que vous avancerez là où d’autres restent bloqués.

En attendant, je serais curieuse de savoir quelle astuce vous utilisez pour pouvoir retenir l’essentiel d’un livre et/ou quel livre a concrètement changé votre vie. Rendez-vous dans les commentaires !

A bientôt sur Learneuse.com !

Pour aller plus loin :

– Voici un site où vous pourrez tester votre vitesse de lecture et votre taux de compréhension

1Les travaux d’E. Schotter qui mettent en évidence les limites de la lecture rapide pour la compréhension : ”So much to read, so little time : How do we read, and can speed reading help ?” , 2016, Keith Rayner, Elizabeth R. Schotter, Michael E. J. Masson, Mary C. Potter and Rebecca Treiman

2Les travaux de R. Carver qui concluent que la vitesse de lecture maximum et optimum pour une bonne compréhension du texte est de 600 mots/mn : “How Good Are Some of the World’s Best Readers?”, 1985, Ronald P. Carver

Cet article est le n°21/52 du défi: “52 idées à explorer pour aider vos 12-25 ans à trouver leur voie”

Aimer et partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

16 réflexions sur “8 habitudes pour lire plus vite et mémoriser l’essentiel d’un livre (+mon avis sur la lecture rapide)

  1. Goldusa dit :

    Je vais essayer déjà de retenir au -moins l’essentiel du chapitre “8 HABITUDES DE LECTEUR ACTIF POUR LIRE PLUS VITE SANS PERDRE EN COMPRÉHENSION ET EN MÉMORISATION” et mettre en oeuvre ce que je viens de lire dan cet article car je dois faire partie de la catégorie ” Les oublieurs” . Mon épouse me demande comment je fais pour lire aussi vite les romans

    • Jo Andria dit :

      Oui, ces conseils sont valables pour tous types de lecture, les blogs y compris !😉. Après si l’on a envie de passer en mode lecture passive pour se faire plaisir avec un roman, on peut oublier ces conseils et lire à son rythme.

  2. Jung dit :

    Génial !
    Cet article, je me le mets en favoris !
    J’ai toujours eu le gros défaut de lire très lentement (et en plus de ça d’oublier ce que je venais tout juste de lire…) ce qui fait que :
    – soit je ne terminais pas mes livres
    – soit je mettais 3 mois à lire un livre
    Donc merci pour cet article 😉

  3. florence dit :

    hello! Cet article tombe bien. je travaille la lecture avec mon fils qui préfère jouer que de lire. Or j’ai un argument de choc avec cet article plus il accumulera de vocabulaire plus il lira vite en compréhension de sa lecture et réfléchira moins; Merci

    • Jo Andria dit :

      Bonjour Florence, oui effectivement le vocabulaire que l’on acquiert à travers ce que l’on vit chaque jour (conversations, écoute, lectures,…) aide à la compréhension et à faciliter la lecture. Plus on lit, plus c’est facile de lire. Une enseignante m’avait conseillé de proposer à ma seconde fille (qui détestait lire) des supports variés (BD, presse jeunesse, mangas blogs…). Elle n’est toujours pas une grande fan de lecture mais elle a fini par prendre plaisir à lire quelques romans de son choix.😊

  4. Stéphanie dit :

    Merci beaucoup pour cet article que je trouve très intéressant ! Je me retrouve dans plusieurs catégories de lectrices et je cherche depuis très longtemps des astuces pour lire efficacement mais en gardant plaisir. J’ai besoin de prendre des notes pour assimiler les choses et ce n’est pas toujours pratique… Je vais tester le conseil des post it, quitte à les regrouper ensuite dans un cahier ! Pour moi il est impossible de ne pas entendre ma voix en lisant ! Est-ce vraiment possible ?! Et Bravo pour les photos animées elles sont parfaitement choisies ! Allez je file lire un peu ; -) !

    • Jo Andria dit :

      Coucou Stéphanie, alors les études scientifiques montrent que c’est très difficile d’arrêter sa petite voix et que ça diminue notre capacité à mémoriser ce que nous lisons. J’utilise la technique des post-its et ça fonctionne plutôt bien à condition de ne pas tomber dans le syndrome du ficheur qui note quasiment tout. L’idée est de reformuler et synthétiser les idées principales ou celles que l’on veut retenir. Merci pour tes encouragements pour le choix des photos. Cela m’amuse d’essayer de trouver la photo qui va bien (je suis très visuelle !).😊

  5. Claire dit :

    A la fois distraite ET oublieuse ! J’en découvre des choses ! Je ne m’étais jamais résolue à prendre des notes pendant mes lectures : je sais ce qu’il me reste à faire 💪😉

    • Jo Andria dit :

      Coucou Claire, oui, peut-être que tu peux commencer par noter quelques idées chocs ou des citations que tu as aimées dans un livre. Raconter ce qui t’a marquée dans les pages que tu viens de lire aident aussi à mémoriser. C’est agréable de partager ce qu’on a pu apprendre avec d’autres.😊

    • Jo Andria dit :

      Chouette ! Les livres nous ouvrent tellement d’univers différents. Ils sont une porte d’entrée accessible vers tellement de possibles. J’espère que tu arriveras à convaincre ton mari 😉. Le fait de se donner de la souplesse en se disant que l’on n’est pas toujours obligé de lire dans l’ordre ou de tout lire pour comprendre l’essentiel d’un livre peut-être un premier pas pour une lecture allégée et facile.

  6. Jessica dit :

    Merci pour ton article très détaillé et de qualité! 💕 je connaissais la lecture rapide mais pas la lecture active!! Je vais mettre en pratique… beaucoup de livres en attente 😅
    Merci beaucoup 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *