Comment se concentrer : interruptions et perte de temps (#1 Les interruptions 2/4)

interruptions perte de temps concentration

Avez-vous déjà essayé de calculer combien de messages vous receviez par jour au boulot ?  Ou combien de fois vous consultez votre smartphone chaque jour ?

Savez-vous combien de pensées traversent votre esprit pendant que vous êtes en train d’essayer de vous concentrer sur cette lecture ?

Toutes ces mini- interruptions vous font perdre beaucoup de temps dans votre travail…et votre vie. Faites le calcul, vous serez surpris !😲

Vous avez vu dans le premier épisode de cette mini-série “Comment se concentrer : zapper, c’est dans nos gènes !” que, nous, les êtres humains étions dotés d’un super système d’exploration très sensible aux distractions. C’est à la fois un atout pour survivre mais aussi notre Talon d’Achille dans un monde hyperconnecté.

Dans ce deuxième épisode, je vous raconte :

  • Comment les interruptions ont envahi nos vies,
  • Comment les interruptions nous “bouffent” plus de temps que nous le croyons,
  • Qu’est-ce qui se passe dans votre cerveau quand on vous interrompt ?
  • Comment calculer le temps perdu par toutes ces distractions en images,
  • Le mantra à retenir pour retrouver le chemin de de votre concentration et de votre efficacité !

Vous trouverez à la suite de la vidéo :

  • La transcription complète du contenu,
  • Des conseils et informations complémentaires à la fin de cet article.

Bon visionnage Be right back

1- Les interruptions ont envahi notre vie

comment se concentrer avec l'hyperconnexion

Nous avons un premier gros problème : nous croulons sous une avalanche de distractions potentielles.

La faute à qui ?

  •  L’hyperconnexion,
  • L’accélération du rythme de travail,
  • La surabondance d’informations,
  • Et la création de nouveaux espaces comme les open-spaces.

Notre cerveau d’humain n’arrive plus à gérer.

 ça nous rend…Tout simplement dingue !😡

se concentrer quand on est trop interrompu

Une enquête réalisée en France en 2010 nous indique que les employés reçoivent en moyenne 40 messages par jour et sont interrompus toutes les 12 minutes.

Pire encore !

 Paul Brazzolotto, docteur en psychologie cognitive, nous explique que les employés du secteur tertiaire, les services, sont interrompus en moyenne toutes les 4 minutes.

Trois quarts des français travaillent dans des environnements où ils sont continuellement dérangés.

interruptions et perte de temps au travail

Cela veut dire que la plupart des gens qui travaillent dans un bureau n’ont plus de journées de travail mais des séries de minutes de travail entrecoupées de distractions et d’interruptions.

Difficile de se concentrer dans ces conditions !

2- Les interruptions nous font perdre plus de temps que nous le croyons

INFORMATION IMPORTANTE

Les études de Gloria Mark, chercheuse à ‘l’Université de Californie Irvine, montrent qu’après avoir été interrompu, il nous faudrait parfois jusqu’à 23 minutes pour arriver à nous reconcentrer sur notre travail.

On a un deuxième gros problème ! Les interruptions te font perdre beaucoup de temps !

En clair, tu sors de ta concentration, tu perds du temps dans ton travail parce que tu es dérangé. Et, deuxième effet Kiss Cool :

les interruptions nous font perdre du temps

Le temps perdu à cause de l’interruption est supérieur au temps de l’interruption.

Perte de concentration et de temps N°1 : le délai d’interruption

Pour mieux comprendre, je vais t’expliquer ce qui se passe dans ton cerveau :

Imaginons que tu révises une leçon d’histoire ! (Tâche initiale, ton travail important)

 Tu es interrompu par la notification d’un SMS sur ton smartphone.

 Tu vas mettre un certain temps pour comprendre ce qui se passe.

 Puis, tu vas lire le SMS : “Ah ! Tiens ! C’est ma mère qui me demande ce que je veux manger ce soir.”

 Le temps que tu vas prendre pour encoder ce message s’appelle : Le délai d’interruption.

concentration le délai d'interruption

Perte de concentration et de temps N°2 : la tâche qui t’interrompt

Ensuite, tu vas gérer la tâche pendant un certain temps.

 Tu vas réfléchir à ce que tu as envie de manger ce soir.

 Et puis tu vas répondre à ta mère par SMS.

concentration la tâche d'interruption

Perte de concentration et de temps N°3 : le délai de reprise de la tâche initiale


Et puis finalement, tu vas décider de reprendre ta tâche initiale : tes révisions d’histoire.

Mais là ! Tu vas mettre un certain temps pour te souvenir où tu en étais.

Et ce temps pour te remettre dans le bain s’appelle le délai de reprise de la tâche initiale.

concentration le délai de reprise de la tâche initiale

Récapitulatif de la perte de temps

Allez ! Un peu de maths ! Si on met tout cela en équation :

Interruption + délai d’interruption + Durée de la nouvelle tâche + délai de reprise = ?

Ben, qu’est-ce que ça fait tout ça ?

 …Du temps perdu !

3- Petit calcul percutant pour conclure sur la perte de temps généré par les interruptions

Imagine que tu doives réaliser un travail qui te prend normalement 1 heure. Comme les employés, tu es interrompu toutes les 12 minutes pendant 5 minutes. Et, comme nous l’avons vu, tu mets 23 minutes pour te replonger efficacement dans ton travail.

Combien de temps te faudra-t-il pour terminer ton job ?

Réponse en image :

temps perdu par les interruptions au travail

Cela te prendrait 2 heures et 52 minutes pour tout faire (au lieu d’1 heure). soit 3 fois plus de temps quand tu es interrompu.

Il y a moyen d’être plus efficace non ?

4- Retrouve le chemin de ta concentration et de ton efficacité avec la Loi de Sune Carlson


Tu as juste une phrase à retenir et à méditer !

 mieux se concentrer pour ne pas perdre du temps

C’est la loi De Sune Carlson, économiste des années 50 :

 “Un travail réalisé en continu prend moins de temps et d’énergie que lorsqu’il est réalisé en plusieurs fois.”

C’est aussi simple que cela !

5- Quelques conseils complémentaires

Selon l’étude Baromobile 2018, nous consultons notre smartphone en moyenne 23 fois, pour une durée de 1h42. Chez les jeunes, c’est encore plus : 2h16 par jour et 33 connexions en moyenne.

Et notre smartphone n’est qu’une des nombreuses sources de distractions potentielles dans une journée, vous le verrez dans les prochains épisodes de cette série.

Vous devez simplement comprendre que laissez les interruptions envahir votre vie nuit à votre bonheur et à votre sérénité.

Sachez dire stop aux interruptions : Respectez VOS temps de concentration et ceux de votre entourage

Je pense que vous avez compris que ces interruptions vous faisaient perdre de précieuses heures dans votre journée.

Depuis que je sais qu’il me faudrait en moyenne 23 minutes pour me reconcentrer sur mon travail après une interruption, je suis un peu plus vigilante sur l’organisation de mes séances de travail et de mon environnement de travail.

Quand je dois me lancer dans l’écriture d’un article, tâche qui me demande une concentration importante, soit je le fais le matin quand tout le monde dort, ou alors je préviens mon entourage que je m’isole pendant 2 heures et que je ne veux pas être dérangée.

Je fais également un peu plus attention à respecter les temps de concentration de mes enfants, mon conjoint ou mes collègues.

Par exemple, j’évite de rentrer comme une furie dans la chambre de Teenboy en lui disant : “Tu peux ranger ton blouson !” alors qu’il fait ses devoirs. Je patiente sagement pour pouvoir en discuter plus tard 🧘🏾‍♀️. C’est déjà assez difficile pour lui de se plonger dans ses cours !😜

Avant de toquer à la porte d’un collègue pour lui parler des derniers potins ou d’un souci que vous avez avec un client, assurez-vous qu’il n’est pas immergé dans une tâche exigeante.

ne pas interrompre la concentration

Prenez conscience que les interruptions vous épuisent

Par ailleurs, changer de tâche volontairement ou involontairement si rapidement plusieurs fois par jour est épuisant à la longue pour votre cerveau.

Je sais malheureusement que c’est devenu la norme dans de nombreux métiers (services, fonctions d’encadrement, santé…). Vous n’avez peut-être pas une grosse marge de manoeuvre pour pouvoir limiter les interruptions au travail.

Je vous donnerai quelques clés dans les prochains épisodes pour savoir comment vivre avec ses interruptions et en limiter les effets.

Sachez tout de même que les interruptions génèrent un coût humain mais aussi financier pour vos entreprises, lié à la baisse de productivité.

L ’enquête Webtorials 2017 nous apprend que les entreprises françaises perdent en moyenne 9 000 euros par salarié chaque année, du fait d’une collaboration et d’une communication inefficaces.

Si vous occupez un poste d’encadrement dans une entreprise ou si vous êtes patron, cela vaudrait la peine de réfléchir avec vos équipes à ce qui pourrait être fait pour alléger les conséquences des interruptions au travail :

  • Mettre en place des bonnes pratiques pour envoyer et consulter les emails,
  • Vous doter de règles pour organiser des réunions efficaces et productives,
  • Autoriser vos collègues à se réserver des plages horaires où personne ne viendra les déranger,
  • Aménager des espaces de travail qui favorisent la concentration des employés…

Les interruptions empêchent le travail en profondeur

Dernier point et pas des moindres : se disperser d’une tâche à l’autre, survoler votre travail de façon superficielle, papillonner sur les réseaux hypothèque toutes vos chances de progresser, de réaliser un travail de haute qualité, de développer d’autres compétences et d’être satisfait de vos réalisations.

Aujourd’hui, nous laissons peu de place au travail en profondeur ou “Deep Work”. Ce mode de travail promu par Carl Newport dans le livre du même nom nous permet d’accomplir des projets à forte valeur ajoutée :

Le Deep Work est la capacité à se concentrer sans distraction sur une tâche difficile. C’est une compétence qui vous permet de maîtriser des informations compliquées et de produire de meilleurs résultats en moins de temps.

Je pense que je vous en reparlerai plus précisément dans un prochain article. Dans un monde où le travail superficiel est la règle, vous avez tout intérêt à développer cette capacité à travailler en profondeur pour sortir du lot…Et en plus, il paraît que ça vous rendra plus heureux !

En attendant, limiter les interruptions vous aidera à réserver des temps dans votre agenda pour vos séances de travail intensives (préparation de concours, travaux d’écriture, création artistique,…).

Voilà ! nous sommes arrivés au bout de ce deuxième volet sur “ les interruptions”. Dans le prochain épisode, je répondrai aux commentaires de Superwoman, Supergeek et Superflemme et vous saurez repérer les distractions qui sabotent le plus votre travail.

Pour ne pas louper la suite de la série “Comment se concentrer ?”, ✔️abonnez-vous à la chaîne Youtube de Learneuse !

Et pour vous ? comment cela se passe chez vous ou au travail ? Arrivez-vous à vous trouver des endroits et des moments tranquilles pour bûcher ou préparer une réunion importante ? Racontez-moi tout ça dans les commentaires !

A bientôt sur Learneuse.com !

 Pour aller plus loin :

Cet article est le n°25/52 du défi: “52 idées à explorer pour aider vos 12-25 ans à trouver leur voie”

Aimer et partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

14 réflexions sur “Comment se concentrer : interruptions et perte de temps (#1 Les interruptions 2/4)

  1. Pierre-Favre dit :

    Le pire pour moi c’est le nombre de pensés que produis mon cerveau en permanence, me concentrer sur une tache, comme celle de lire par exemple, me demande énormément d’effort tant mon esprit s’évade en permanence

    • Jo Andria dit :

      Bonjour Pierre,
      Bienvenue au club 😉 ! Avoir plein de pensées, faire des associations d’idées rapidement, être curieux, c’est chouette et c’est un sacré atout que tu as ! Le challenge est d’arriver à canaliser toute cette belle énergie qui ne demande qu’à s’exprimer, je pense. Depuis que j’écris sur ce blog et que j’écris aussi de temps à autre des idées qui me viennent à l’esprit sur un carnet, j’ai moins de pensées qui encombrent ma tête. C’est comme si j’avais levé un barrage et permis à cette rivière de pensées de trouver son cours. Du coup ton témoignage m’inspire une prochaine vidéo sur cette histoire de flux de pensées qui nous envahissent parfois. Merci Pierre pour ton commentaire !

  2. Daniel dit :

    Article hyper complet ! Utiliser les légos pour illustrer ce que tu disais était génial ahah

    Quand on se rend compte du temps perdu à cause d’une simple interruption, une fois cumulée, c’est déroutant.

    Par rapport aux interruptions des smartphones, j’utlise une app Forest. C’est un arbre qui pousse quand on ne touche pas à son téléphone et qui s’arrête lorsqu’on l’utilise. Tu devrais jeter un oeil, c’est très bien fait ! 🙂

    Merci encore pour l’article,
    Daniel de mon-auto-education.fr

    • Jo Andria dit :

      Coucou Daniel,
      J’adore piquer les legos de mon fils ! Ah, ça fait 2 fois que l’on me parle de cette application Forest. Va falloir que j’aille y jeter un oeil. En fait, j’ai la chance de ne pas encore être addict à mon smartphone. Je dirais même que je le sous-utilise. Par contre, je suis accro à plein d’autres choses qui me font perdre beaucoup de temps (naviguer des heures sur le web mais avec mon ordi, manger du chocolat 😉…)

  3. Goldusa dit :

    J’ai pensé à toi aujourd’hui au boulot où j’ai été sollicité via Skype en pleine réunion audio d’équipe. Difficile de ne pas y répondre car tu veux absolument savoir ce qui se passe. Après quand on te demande de réagir à un point de l’ordre du jour en parallèle et que tu as perdu me fil , tu es un peu mal 😤

  4. Valentine - Parents en Equilibre dit :

    ET oui… j’en fais l’expérience tellement souvent. C’est dur de se couper des distractions ; ça demande beaucoup de discipline. Mais avant de trouver notre rythme de de croisière, il faut un temps d’immersion dans notre tâche, pour concentrer toute notre attention dessus.

    • Jo Andria dit :

      Coucou Valentine,
      Par rapport au temps d’immersion dans une tâche, je n’ai pas encore creusé la question mais il semblerait que nous ne soyons pas tous égaux. De mon côté, il me faut un temps assez long pour m’immerger mais aussi un temps assez long pour me sortir d’un sujet. Je suis très sensible aux distractions durant la phase d’immersion et c’est vrai que c’est pas facile de résister. C’est comme un muscle à entraîner !😉

  5. Aurélie Betsch dit :

    Je suis totalement d’accord avec ce qui est dit dans l’article mais j’avoue que ça me fait toujours un peu rire. Je suis maman de 3 enfants qui ne vont pas à l’école et mes interruptions sont dues à mes enfants. Malheureusement, je n’ai pas encore trouvé le bouton pour les atteindre ou encore supprimer les notifications : “Mamaaannn !”.
    Pour compenser, j’ai réussi à développer ma capacité de me replonger très vite dans mon travail une fois interrompue. Ceci dit j’applique aussi les conseils de couper toutes les notifications sur l’ordinateur et le smartphone pour ne pas ajouter à mes interruptions :).

    • Jo Andria dit :

      Coucou Aurélie, Ah oui, j’ai connu ça 😃. Je concocte une petite vidéo à ce sujet d’ailleurs 😉. Comme tu le dis, l’idée est de ne pas se rajouter des interruptions en plus, on en a déjà pas mal avec les enfants! Merci pour ton témoignage de maman qui fera écho chez beaucoup de parents!

  6. Johann dit :

    Coucou Johanna,

    Ce qui est positif c’est qu’une prise de conscience par rapport à ces sujets d’interruption commence à émerger dans les entreprises grâce à l’esprit start-up qui remet en cause la manière traditionnelle de travailler. Mais il y a encore d’énorme progrès à faire en entreprise mais aussi dans notre vie de tous les jours.
    Dans certains cas faire un jour de télétravail de temps en temps est un bon moyen pour limiter le nombre d’interruptions et de pouvoir réussir à avancer plus efficacement sur ces dossiers.

    Faut dire qu’avec l’émergence de tous les systèmes de communication cela n’a pas arrangé les choses maintenant on peut être joint par mail, téléphone fixe, mobile, via Messenger, Whatsapp, skype, sms, mms, via les réseaux sociaux. Mais comme cela ne suffisait pas maintenant il y a pleins de nouvelles applis pour être sûr d’être encore plus joignable. Trop de systèmes de communication, tue la communication…

    La résilience aux distractions est déjà devenu une compétence clé pour nous adultes et le sera encore plus pour nos enfants qui sont hyper sollicités et connectés dès leur plus jeunes âges.
    Merci de contribuer à cette prise de conscience, c’est à travers des articles comme le tien qu’on prend conscience du chemin qu’il reste à parcourir. Il nous reste encore beaucoup à apprendre.

    Merci la learneuse ; )
    Johann

    • Jo Andria dit :

      Coucou Johann,
      J’avais testé le télétravail dans mes anciens jobs. C’est vrai que j’étais plus efficace (à condition de ne pas se laisser tentée par les distractions de la maison 😉). C’est vrai que nous devons rester vigilants. Le pilote à bord, c’est nous avant tout ! Et piloter ça s’apprend dès le plus jeune âge. Merci pour ta contribution à cette prise de conscience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *