Le jour J, comment réussir son entretien d’embauche ou de sélection ?

Cet article est le n°13/52 du défi: “52 idées à explorer pour aider vos 12-25 ans à trouver leur voie”. Mettre toutes les chances de son côté lorsque l’on passe un entretien de sélection ou d’embauche pour un stage, un job, une formation ou un concours fait partie du kit des compétences incontournables à avoir pour avancer dans ses projets tout au long de sa vie.

reussir son entretien d'embauche

Pour pouvoir suivre les conseils de cet article, vous devez avoir lu et rempli les fiches outils dans l’article « Comment préparer un entretien de sélection ou de recrutement » qui explique :

  • Comment mener votre enquête pour être bien informé et savoir où vous mettez les pieds avant l’entretien,
  • Comment préparer une présentation personnelle authentique et stimulante.

La préparation conditionne 60 % de votre réussite à l’entretien d’embauche ou de sélection. Si vous avez suivi les conseils de préparation du premier article, vous arrivez le jour J confiant, en sachant pourquoi vous êtes là (vos motivations), quels sont les besoins et problématiques du recruteur et quelles sont les compétences que vous pouvez lui apporter pour l’aider à avancer dans ses projets

Nous allons voir comment vous pouvez transformer l’essai et adopter la bonne attitude pendant et après l’entretien en 4 points :

I- Comment faire une première bonne impression ?(avec une astuce en bonus 🎁)

II- Comment marquer l’esprit de vos recruteurs avec votre présentation personnelle ?(avec exemple)

III- Les principaux éléments de réponse aux questions incontournables (avec exemples)

IV- Quelques conseils spécifiques pour les parents d’ados et les jeunes qui démarrent dans la vie active

Suivez le guide…Be right back

I- Comment faire une première bonne impression ?(avec une astuce en bonus🎁)

Il s’agit tout simplement de respecter les règles de savoir-vivre basiques et de vous présenter sous votre meilleur jour afin que les personnes que vous allez croiser lors de votre entretien se disent : «  Ah oui ! Ce gars, cette fille-là m’a l’air sympa, sérieux(se) et compétent(e) ! Je la vois bien dans mon équipe. ». Un entretien c’est un peu une opération séduction.Winking smile

1) Votre tenue d’entretien

Pour être au top le jour de l’entretien, vous devez vous sentir à l’aise et naturel dans votre tenue. Vous choisirez des vêtements et des chaussures pratiques et confortables. N’hésitez pas à faire le tour des boutiques avec un ou une amie pour essayer différents looks et faire votre choix. Testez et portez vos vêtements et chaussures plusieurs fois avant l’entretien pour être certains que vous vous sentirez bien dedans le jour J.

Vous allez bien sûr opter pour une tenue qui correspond aux codes vestimentaires du secteur dans lequel vous allez évoluer :

  • Si vous briguez un poste de cadre ou si vous postulez dans un milieu formel comme la banque, vous endosserez le traditionnel costume/cravate ou tailleur uni,
  • Si vous visez une boîte plus décontractée (communication, web, start-up,…), vous pouvez adopter un look casual chic en restant plutôt sur des tons neutres,
  • Si vous venez pour un poste opérationnel dans le BTP, vous pouvez vous dispenser du costume cravate tout en ayant une tenue simple et soignée.

Dans tous les cas, évitez tout ce qui est « too much » : talons vertigineux, imprimés flashy, jeans déchirés, bleus de travail, costard de mariage…Soyez juste un poil plus habillé que vous ne le seriez en temps normal dans ce type de job.

Pour finir, vous veillerez à arriver propre et net comme un sou neuf le jour J : coiffure et ongles impeccables, haleine fraîche et chaussures dépoussiérées. Ce serait dommage de passer à côté du poste parce que le recruteur a jugé que votre coiffure était trop négligée !Surprised smile

2) Le matériel à avoir sur soi

Emportez avec vous :

  • 1 exemplaire de l’annonce, plusieurs copies de votre CV et de votre lettre de motivation. Il peut arriver que le recruteur les oublie et vous les demande,

  • 1 agenda,

  • 1 stylo et un bloc papier pour prendre quelques notes durant le rendez-vous.

Là aussi, soyez vigilant sur les détails qui tuent. Si vous sortez de votre sac un vieux stylo bic rongé et une feuille de papier toute chiffonnée, vous ne donnerez pas une image topissime de votre professionnalisme !

3) la devise du candidat idéal : ponctualité, politesse et présence

le savoir être en entretien d'embauche

Pour instaurer une atmosphère de confiance et de respect mutuel :

  • Soyez ponctuel. Cela vous permettra d’arriver serein et de ne pas vous “griller ” d’entrée de jeu auprès du recruteur. Si toutefois vous êtes très en retard, appelez pour prévenir et, en arrivant, excusez-vous à nouveau auprès des personnes qui vous reçoivent.

  • Soyez poli et respectueux avec tout le personnel que vous croiserez le jour J : accueil, secrétariat, agents d’entretien, collaborateurs etc…N’oubliez pas que, potentiellement, vous serez amené à cohabiter avec ces personnes si vous êtes recruté. Il arrive bien souvent que le personnel de l’accueil dise que tel ou tel candidat a été très chaleureux ou un autre très désagréable à son arrivée. Pour le recruteur, cela peut-être révélateur d’un certain savoir-être de votre part.

  • Cultivez votre présence en ayant une poignée de main affirmée (pas une broyeuse !) et un regard franc pour votre interlocuteur lorsqu’il vous saluera. Asseyez-vous dès qu’il vous invitera à le faire.

🎁Pour être confiant et combattre le trac, voilà une petite astuce que vous donne Amy Cuddy, chercheuse en psychologie :

  • Avant de passer sur le grill, allez vous cacher dans les toilettes, et adoptez pendant 2 mn la posture de wonder woman (ou de superman). Mettez-vous debout, les poings sur les hanches le dos droit et les épaules bien ouvertes en imaginant que vous avez une grande cape rouge qui vole à l’arrière. En vous mettant dans cette posture de gagnant, votre niveau de testostérone augmentera et vous vous sentirez objectivement plus fort durant votre entretien. La position bras levés en V comme lorsque l’on vient d’obtenir une victoire fonctionne bien également (elle est moins discrète 😊).

 

II-Comment marquer les esprits avec une bonne présentation personnelle ?(avec exemple)

Sortez de votre peau de demandeur d’emploi et d’élève. Vous êtes désormais un offreur de services qui va débattre et échanger avec d’autres professionnels et apporter sa vision des choses sur les missions qui vont lui être confiées. Normalement, vous vous êtes préparé à cet exercice pour mettre toutes les chances de votre côté.

1) La forme de votre présentation PERSONNELLE

Voici quelques conseils pour capter l’attention de vos recruteurs :

  • Lorsque l’on est stressé, on a tendance à parler beaucoup trop vite. Respirez ! Essayez de ralentir votre débit de paroles et n’ayez pas peur de faire des pauses de temps à autre,
  • Le jury ne connaît pas votre parcours et votre CV par cœur et va être submergé d’informations. Il s’agit de lui faciliter la tâche en présentant vos expériences de façon organisée et ciblée. Pour ne pas qu’il se perde et pour qu’il retienne l’essentiel, ponctuez votre présentation de repères et marquez les transitions : “Je vous propose de me présenter en 3 points….Le premier point est le suivant….. Voici le deuxième point que je voulais mettre en avant….et voici le dernier point avant que j’aborde les motivations qui me poussent à postuler….En résumé….”,
  • Pendant l’entretien, veillez à vous adresser tour à tour à chaque personne présente si elles sont plusieurs,
  • Occupez l’espace sans l’envahir en vous tenant droit et les épaules ouvertes. A ne pas faire : la posture avachie et recroquevillée sur votre chaise et, à l’inverse, la posture trop agressive, coude sur la table, tête en avant empiétant sur l’espace vital de votre interlocuteur.

2) Le fond de votre présentation PERSONNELLE

Afin de ne pas ennuyer vos recruteurs qui voient défiler des dizaines de candidats, ne vous lancez pas dans une présentation chronologique de votre parcours. Attention aussi au roman fleuve ! Vous allez certes raconter une histoire mais elle sera courte et personnalisée. Votre présentation personnelle doit être synthétique (3 à 6 minutes pas plus).

Voilà comment vous allez articuler les différents blocs de votre présentation que je vous ai détaillés dans l’article sur la préparation (un exemple en vidéo suit à la fin de ce paragraphe) :

  • Bloc Etat civil : Je m’appelle “xxx”, je suis actuellement « Nom du poste/nom de l’entreprise ou situation actuelle » et j’ai une expérience spécifique dans le domaine du « xxxx ».

Dans ce bloc, vous devez absolument mettre en avant une particularité de votre candidature qui pourra être précieuse dans le secteur où vous postulez et qui attirera tout de suite l’oreille de votre recruteur.

  • Bloc Motivations : Je postule chez vous parce que j’ai vu dans la presse, dans votre annonce, sur un salon, sur votre site web, que vous vouliez développer/aviez le projet de …..  et je souhaite contribuer à « projet, mission, challenge…. ».

Il s’agit de montrer que vous vous intéressez à la vie de l’entreprise et à ses problématiques et que vous pensez pouvoir apporter des solutions. Normalement, vous avez trouvé votre accroche dans la phase de recherche sur la structure et la mission.

  • Bloc formation et résumé des expériences : J’ai « tels diplômes », « x années d’expériences dans ce secteur ou cette fonction» et « y années d’expériences dans ce secteur ou cette fonction ».

Vous résumez ici les diplômes et expériences qui peuvent avoir un intérêt dans la fonction que vous occuperez. En une ou deux phrases, vous posez le décor au recruteur et lui mettez en tête vos expériences significatives.

  • Bloc des 3 compétences-clés illustrées par 3 réalisations positives : Je peux mettre au service de ce poste 3 compétences-clés. La première, c’est que je maîtrise « tel outil, logiciel, réglementation… » que j’ai pratiqué à « telle occasion ». La deuxième compétence, c’est ma capacité à « négocier, gérer les conflits, animer, écouter…. » que j’ai pu prouver dans « telle situation » et enfin mon troisième atout est « ma pratique de ce métier, cette fonction » auprès de « tel public » pour laquelle j’ai obtenu « tels résultats ».

Vous reprendrez le tableau des 3 réalisations positives que vous avez ciblées dans la phase de préparation et les synthétiserez sous forme de 3 compétences-clés (savoirs, savoir-être ou savoir-faire) illustrées par des faits concrets et des résultats chiffrés.

  • Bloc phrase de conclusion : Voilà pourquoi je pense que je peux très vite être opérationnelle pour le poste que vous proposez/ que je peux vous aider à avancer sur ce projet/que je m’intégrerai rapidement dans l’équipe…

Vous avez un très bon exemple illustré dans la vidéo qui suit (1 mn 56s) :

 

III-Les principaux éléments de réponse aux questions incontournables (avec exemples)

Je vous propose de balayer le type de questions qui tomberont à coup sûr le jour de votre entretien :

1) Vos 3 qualités/ 3 défauts ?

L’inventaire de vos réalisations a dû vous permettre de rebalayer des expériences où vous avez rencontré des difficultés, relevé des challenges et découvert des talents cachés :

  • Piochez dans ce vécu pour choisir 3 qualités qui seront utiles pour les besoins du poste. Ne vous contentez pas de citer ces qualités. Illustrez-les avec des exemples concrets.

Exemple : vous êtes patiente. Vous avez pu le constater lorsque vous faisiez du baby-sitting et que vous essayez de calmer des enfants de 0 à 3 ans qui pleuraient.

  • Choisissez 3 défauts qui ne vous mettront pas en difficulté sur la mission que vous visez. Expliquez que ce sont des points pour lesquels vous avez mis en place des actions pour vous améliorer.

Exemple : vous postulez pour un poste de comptable et vous avez peur de parler en public. Vous faîtes du théâtre d’improvisation pour être plus à l’aise.

2) Que savez-vous de nous, de notre entreprise ?

 Normalement, vous avez potassé durant la phase de préparation. Parlez des projets et des problématiques de l’entreprise que vous avez repérés. Montrez que vous avez compris leurs problèmes ou challenges actuels et expliquez comment vous pouvez y contribuer.

3) Les questions techniques

Parfois le recruteur essaie de vous tester sur une question un peu pointue ou sur une mise en situation. En général, la façon dont vous réagissez à cette question l’intéressera davantage que le contenu technique de votre réponse.

Alors surtout, ne vous contentez pas de répondre :« Je ne sais pas ». Essayez de bien comprendre la question en la reformulant ou en demandant un éclairage sur un terme technique que vous n’avez pas saisi. Puis voyez si vous pouvez formuler des éléments de réponse en déroulant les 3 points suivants : De quoi parle-t-on ? Quel est le problème ? Comment faites-vous ou pourriez-vous faire pour apporter une solution? Inspirez-vous éventuellement d’un exemple de situation similaire que vous avez déjà rencontrée.

Exemple : « Vous êtes responsable de magasin. L’un de vos collaborateurs arrive systématiquement en retard tous les matins. Que faites-vous ? ». Voilà ce que je pourrais répondre à ce type de question :

De quoi parle-t-on ? : « Je suis en présence d’un membre de l’équipe qui ne respecte pas ses horaires de travail et le règlement de façon délibérée en présence de sa hiérarchie, de ses coéquipiers et des clients.

Quel est le problème ?: « Le problème c’est que cela donne une très mauvaise image du magasin puisqu’il n’est pas en poste pour accueillir les clients et que cela risque de nuir à la cohésion d’équipe si je ne réagis pas ».

Comment je m’y prends : « Je demande à parler en tête à tête avec mon collaborateur, lui explique que j’ai noté qu’il était arrivé en retard de x minutes tous les matins depuis x jours et que cela m’inquiétait. Je lui demande s’il a des problèmes en ce moment et s’il peut m’expliquer les raisons de ces retards. Je lui rappelle les horaires à respecter et lui rappelle que la règle est la même pour tous. S’ il est de bonne foi et si des solutions d’aménagement sont possibles, j’étudie les possibilités de décaler les horaires, échanger avec un collègue etc…. ».

4) Avez-vous des questions ?

Ne répondez surtout pas non. Si vous êtes intéressé par le poste, vous avez forcément envie d’en savoir plus sur :

  • Les valeurs de l’entreprise
  • Les projets à venir
  • Les challenges à relever dans les prochains mois
  • Les nouveaux outils de l’entreprise
  • L’organisation et la composition de l’équipe
  • Les premières actions à mettre en place à votre arrivée
  • La suite du processus de recrutement

 

IV- Quelques conseils spécifiques pour les parents d’ados et les jeunes qui démarrent dans la vie active

entretien d'embauche jeune

 Certains recruteurs seront prêts à donner leur chance à de jeunes débutants à condition qu’ils fassent preuve d’un savoir-être irréprochable et de motivation.

Si vous êtes parent d’ados, encouragez vos enfants à développer ce qu’on appelle les soft skills. Ce sont les compétences douces ou qualités personnelles liées au savoir-être et à l’intelligence émotionnelle. Elles permettent d’avoir des relations harmonieuses avec les autres, d’être créatif, de trouver des solutions aux problèmes, de s’adapter, de savoir décider et d’être confiant dans ce que l’on réalise. On les oppose aux hard skills ou compétences techniques qui sont privilégiées en milieu scolaire. Voici quelques exemples de soft skills appréciées des recruteurs :

Si vous êtes jeune avec peu d’expériences professionnelles, voici les qualités et savoir-être que vous pouvez facilement mettre en avant pour mettre votre recruteur en confiance :

  • Une tenue soignée
  • Votre ponctualité
  • Votre sérieux et le goût du travail bien fait (illustrez avec des expériences vécues dans le cadre de petits jobs, d’activités extra-scolaires ou de bénévolat )
  • Vos capacités de mémorisation et d’apprentissage rapide (illustrez avec des exemples concrets)

En revanche, évitez autant que possible ces erreurs que font souvent les jeunes qui débutent dans la vie active :

  • Mentir sur votre CV : vous risquez d’être découvert durant l’entretien,

  • Réciter votre CV : vous ne serez pas sélectionné,

  • Dénigrer vos anciens employeurs : vous envoyez un signal négatif à votre futur employeur,

  • Ne pas poser de questions sur l’entreprise en fin d’entretien : cela donne l’impression que vous n’êtes pas vraiment motivé pour le poste ou pas curieux.

 

Pour conclure, dans le cas d’un entretien d’embauche, après le rendez-vous, n’hésitez pas à envoyer un e-mail de remerciements à l’entreprise en rappelant l’intérêt que vous avez pour le poste et ce que vous pensez apporter. Vous vous différencierez ainsi des autres candidats.

entretien d'embauche reussir

J’espère que ces quelques conseils vous aideront à avancer dans vos projets professionnels. En attendant, continuez à entretenir votre Pouvoir Naturel d’Apprendre ✨. C’est une des principales qualités à développer pour décrocher le job de vos rêves !

N’hésitez pas à partager en commentaire une qualité ou un défaut illustré que vous avez donné en entretien de recrutement.

A bientôt sur Learneuse.com !

Pour aller plus loin :

  • J’ai repéré pour vous les vidéos d’un coach en entretien de sélection que je trouve génial, sérieux et compétent. Il s’agit d’ Yves Gautier. Son site s’appelle entretiendembauche.tv.

  • La conférence TED d’Amy Cuddy où elle explique que votre langage corporel peut forger qui vous êtes

Aimer et partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  

2 réflexions sur “Le jour J, comment réussir son entretien d’embauche ou de sélection ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *