Réussir ses révisions de dernière minute en 5 étapes

réviser à la dernière minute

Cet article est spécialement dédicacé :

  • A toutes celles et ceux qui n’ont pas encore compilé leurs fiches de révision et qui, dans un sursaut de lucidité, viennent juste de réaliser que leurs examens sont dans 15 jours,
  • Aux étudiants qui ont pris du retard dans leurs révisions à cause d’une maladie ou d’un contretemps,
  • Aux lecteurs chanceux qui échappent aux concours et partiels cette année mais qui bientôt procrastineront aussi et auront peut-être à bosser au dernier moment,
  • A V. qui a baroudé 6 mois en Amérique du Sud et qui a eu 2 mois pour réviser tout le programme du bac de français 😊,

Théoriquement, nous savons que pour bien apprendre, il est préférable de s’y prendre à l’avance et d’espacer ses révisions dans l’année pour mémoriser.

La réalité veut que nous soyons des êtres humains avec nos hauts, nos bas et nos petites faiblesses. En écrivant cet article, je me suis d’ailleurs demandée s’il existait un étudiant ou un élève sur terre qui n’avais jamais révisé à la dernière minute ? (si vous êtes cet étudiant d’exception, faites-moi signe dans les commentaires 😉).

Si le compte à rebours a déjà démarré et que vous êtes en panique à l’idée d’ingurgiter tout le programme de l’année en 2 semaines, prenez une grande respiration et lisez ce post. Il va falloir faire face à la réalité, l’accepter et adopter un plan d’action pour limiter la casse ( et peut-être avoir une bonne surprise au final !).

Il est hors de question d’opter pour le plan « je dévore un maximum de connaissances en un minimum de temps » sous peine de grosse indigestion et de crise de foie (foi) inévitable.

Avec un peu de bon sens et quelques éclairages💡 sur le fonctionnement de votre cerveau, je vais vous expliquer comment réussir vos révisions de dernière minute en 5 étapes :

  • Etape n°1 : Adoptez une stratégie astucieuse pour apprendre l’essentiel en peu de temps
  • Etape n°2 : Organisez et planifier vos révisions pour calmer la panique
  • Etape n°3 : Complétez vos cours par des ressources qui vous feront gagner du temps
  • Etape n°4 : Révisez activement
  • Etape n°5 : Offrez des temps de repos réguliers à votre cerveau

Suivez le guide ! Be right back

ETAPE N°1 : AdopteZ une stratégie astucieuse pour apprendre l’essentiel en peu de temps

Mettons-nous d’accord sur le fait que vous n’aurez jamais le temps de tout apprendre dans le détail. Mais prenons cette nouvelle du côté positif. Ce qui est génial, c’est que vous allez pouvoir aller directement à l’essentiel pour assurer juste ce qu’il faut le jour de l’examen.

Connaissez-vous la loi de Pareto ?

Il est possible d’obtenir des résultats en se concentrant sur ce qui est important. Pour vous en convaincre, penchez-vous sur ce que vous dit la loi de Pareto ou règle du 20/80 :

  • 20 % de vos actions vont produire 80 % de vos résultats
  • 20 % des causes sont à l’origine de 80 % des effets

Nous devons ce concept d’efficacité à Vielfredo Pareto, un économiste et sociologue italien né en 1848. Durant sa carrière, il fait une observation qui sera à l’origine de cette loi : en Italie, 20 % de la population possède 80 % des richesses.

réviser à la dernière minute avec loi pareto

L’idée à retenir n’est pas de prendre au pied de la lettre cette répartition 20/80 (cela pourrait être 10/90 ou même 5/95 suivant le sujet auquel vous appliquerez ce principe de Pareto). Il s’agit plutôt de comprendre le concept global : dans nos vies, les choses ne sont pas distribuées de façon uniforme. Certains efforts paieront plus que d’autres. Certains moments seront plus propices que d’autres. Certaines rencontres seront plus déterminantes que d’autres. Certains outils seront plus efficaces que d’autres.

Voici quelques exemples pour illustrer ce concept :

  • Un vendeur de jouets aura intérêt à concentrer ses efforts de promotion autour de Noël et du Réveillon (20 % des mois de l’année) pour faire ce qui sera le gros de son chiffre d’affaires de l’année ( 80 % de ses résultats ). Faire les mêmes efforts de publicité en février ou en août serait une perte de temps et d’argent.
  • Vous pourriez accompagner à la guitare ou au piano une grande partie du répertoire pop/rock anglo-saxon (les 80 %) en apprenant juste 4 accords (les 20 %). (Quand vous aurez fini vos révisions, jetez un oeil sur la vidéo du groupe Axis of Awesome sur Youtube qui interprète une cinquantaine de chansons avec ces 4 accords 🎵 !).

La loi de Pareto appliquée à vos révisions de dernière minute

Maintenant que vous avez compris la loi de Pareto, votre mission est d’appliquer cette règle à vos révisions. Vous devez désormais trouver les 20 % du contenu de vos cours qui seront à l’origine de 80 % de vos notes à l’examen.

En d’autres termes, vous allez vous poser et réfléchir pour savoir quelles sont les matières et les contenus qui sont importants pour la réussite de vos épreuves.

Je ne connais pas les programmes que vous étudiez mais voici quelques pistes à prioriser :

  • Les matières à plus gros coefficients,
  • Les chapitres et informations incontournables : la méthodologie, les concepts et idées clés, les définitions/théorèmes, les dates/mouvements/auteurs/personnages clés, les synthèses de cours (dans les livres, ce sont les rubriques « à retenir », « l’essentiel », « résumé du cours » que l’on trouve souvent en fin de séquence) et tout ce sur quoi vos professeurs ont insisté en cours,
  • Les thèmes ou exercices-types qui tombent presque tous les ans (jetez un œil rapide sur les annales pour les repérer),
  • Si vous passez des concours (fonction publique, sciences po, santé/social…), faites l’inventaire des sujets “tartes à la crème” qui font l’actualité dans vos domaines en balayant 2/3 médias spécialisés,
  • Les devoirs, concours ou examens blancs que vous avez réalisés durant l’année et leurs corrections.

Attention ! Je ne vous demande pas de faire l’impasse sur tout le reste mais plutôt de concentrer 80 % de votre énergie sur ces 20 % des supports les plus importants pour avoir vos examens. Cela signifie que vous commencerez vos révisions par ces matières et ces chapitres en priorité. Et vous survolerez le reste en dernier.

réviser à la dernière minute cours importants 

ETAPE N°2 : Organisez et planifiez vos révisions pour calmer la panique

Votre cerveau est en panique parce qu’il sait pertinemment qu’il y a des choses urgentes qui n’ont pas été traitées. Tant que vous ne le rassurerez pas, il va vous rappeler sans cesse que vous avez des casseroles sur le feu. Pour ne pas perdre cette énergie à angoisser inutilement, sortez du brouillard et donnez à votre cerveau des directives et un plan clairs. Pour cela, vous allez devoir organiser et planifier vos révisions dans les 15 jours (ou un peu plus) à venir. Quand tout cela sera écrit sur papier, tous les warning passeront au vert et vous serez plus serein pour vous mettre au boulot.

Economisez votre énergie, concentrez-vous sur votre seul objectif

On ne va pas se mentir. Vous êtes sur la dernière ligne droite pour atteindre le seul et unique objectif qui va compter ces prochains jours : réussir vos examens. Finalement, ce n’est pas non plus le bagne et ça va passer très vite.

Cela vaut donc le coup de laisser temporairement de côté les grosses fiestas du week-end, les grasses matinées, les après-midis en terrasse ou les soirées sur Netflix. Ce n’est pas non plus le moment de démarrer d’autres défis en parallèle (entamer un régime “summer body”, courir votre premier marathon ou refaire toute la déco de votre appart). Tout cela peut raisonnablement attendre quelques semaines.

Pour vous aider à tenir le choc, imaginez l’expression de votre visage et le sentiment de soulagement et de joie qui va vous traverser lorsque vous verrez votre nom sur la liste des reçus ! Vous serez ensuite libre et léger comme l’air !

 

Prenez un premier temps pour réunir et classer votre matériel de travail

La colonne vertébrale de vos révisions sont vos notes de cours, quelque soit leur qualité. Surtout ne vous dites pas : « Je repars à zéro et je vais bosser avec d’autres supports parce que mes notes sont vraiment nazes ! ». Vos notes, même raturées, même en bazar sont le socle de votre mémoire : en les relisant, vous allez vous souvenir de la voix de vos profs, de ce qu’ils écrivaient au tableau, des questions que vous avez posées, du moment où ils ont haussé le ton pour dire que vous deviez absolument retenir ce nom. Vous allez également vous appuyer sur la mémoire photographique de ces cours que vous avez vous-mêmes tapés ou écrits à la main pour pouvoir retenir l’essentiel.

Vous allez ensuite classer vos cours par matière. Un même dossier comprendra :

  • Vos notes (cahiers, classeurs) ou feuilles libres,
  • Les exercices et TD et leurs corrigés respectifs,
  • Les fiches de lecture,
  • Les polycopiés et docs distribués en cours,
  • Les livres de référence (manuels scolaires, œuvres étudiées),
  • Les devoirs, concours, examens blancs (les énoncés, vos copies et les corrigés)

Vous allez ensuite classer d’un côté les matières prioritaires et de l’autre les matières « secondaires ».

Dans chaque dossier des matières prioritaires, vous ferez le tri entre ce qui est essentiel et ce qui l’est moins. Peut-être que vous ne referez pas tous les exercices ou que vous écarterez des documents qui seront répétitifs par rapport à ce que vous avez déjà vus dans vos cours.

Ce travail pourra vous prendre quelques heures voire une demi-journée entière. Tout dépend de la rigueur avec laquelle vous aurez rangé vous cours durant l’année.

 

Prenez un deuxième temps pour répartir et planifier vos révisions

Cela va peut-être vous paraître fastidieux mais vous gagnerez du temps et de l’énergie à prendre quelques heures pour planifier votre programme de révisions dans votre agenda.

Soyons factuel : Les cours sont terminés. Imaginons qu’il vous reste 15 jours pour bosser à plein régime. Vous n’êtes pas un super héros. Vous avez besoin de dormir (8h par jour), de manger (3h par jour) et aussi de vous détendre (5h par jour pour des pauses et un peu de sport). Il vous reste donc 8 heures par jour pour réviser intensément soit 120 heures pour 15 jours.

120 heures de travail bien pensées et bien organisées, c’est toujours mieux que le chaos ou rien.

Pour optimiser l’utilisation de ces précieuses heures, vous pouvez suivre ces quelques conseils :

  • Commencez par caser les matières et les chapitres prioritaires les premiers jours. En effet, votre énergie et votre motivation risque de diminuer à l’approche des échéances donc autant investir dans le plus important au début,
  • Alternez les matières de demi-journée en demi-journée pour ne pas saturer et laisser le temps à votre cerveau de digérer les informations,
  • Gardez un temps le matin et un temps le soir pour réviser rapidement vos fiches de la veille et du jour. Vous mémoriserez mieux (cf conseil de l’ étape 4) .

💡Le stress chronique affecte votre mémoire

Une équipe de neurologues américains de la Harvard Medical School de Boston(1) a mis en évidence une corrélation entre un taux élevé de cortisol, l’une des hormones impliquées dans la survenue du stress, et les capacités de mémorisation.

Des taux élevés de cortisol sont associés à un volume cérébral réduit, une moins bonne mémoire et des capacités cognitives amoindries.

D’où l’idée de faire tout ce qu’il faut pour diminuer ce stress en vous donnant un objectif clair, en vous organisant et en planifiant vos révisions. Trop de stress risque d’inhiber votre cerveau et ce n’est pas ce que vous souhaitez !

 

ETAPE N°3 : Complétez vos cours par des ressources qui vous feront gagner du temps

Quand eT POURQUOI chercher d’autres supports pour réviser ?

Il est probable que vous ayez besoin de compléter vos cours par des ressources complémentaires pour les raisons suivantes :

  • Vous n’avez pas compris une notion abordée dans votre cours,
  • Vous voulez varier les ressources pour mieux mémoriser (images, audio, vidéo, infographies),
  • Il vous manque des éléments importants que vous avez oubliés de noter,
  • Vous avez besoin de quelques sujets corrigés pour vous entraîner,
  • Votre cours n’est pas suffisamment structuré,
  • Vous avez perdu vos notes de cours,
  • Vous n’avez pas de supports de cours.

Je vous rappelle qu’il vous reste très peu de temps avant le jour J. Ne vous dispersez pas des heures à chercher de nouveaux supports en librairie ou sur la Toile :

  • Partez exclusivement à la chasse aux supports synthétiques, structurés et pratiques,
  • Donnez-vous un temps limité pour les dénicher,
  • Inutile de les parcourir dans leur intégralité, allez juste piocher ponctuellement ce dont vous avez besoin.

Les exemples de supports qui pourraient vous faire gagner du temps

Voilà ce qui pourrait être utile pour vos révisions de dernière minute et que vous pourrez glaner en librairie ou sur le web  :

  • Des fiches de révision clés-en main : les fiches d’autres étudiants (qui ont écouté les cours), les livres du type « les fiches bac, fiches brevet, l’essentiel en 50 fiches, le droit en 90 fiches etc…. »,
  • Les annales corrigées,
  • Des résumés de livres, des fiches de lecture, des synthèses d’analyse d’oeuvres,
  • Des cours ou des notions résumés en vidéos,
  • De courts documentaires ou des débats ciblés (concours Fonction Publique…)

réviser avec les fiches bac

Pour réviser le brevet et le Bac

Mes filles ont beaucoup utilisé des vidéos réalisées par lesbonsprofs (brevet/bac toutes filières). Une partie du contenu est accessible gratuitement sur Youtube. Pour accéder à l’intégralité des contenus (vidéos, exercices corrigés, hotline), il faudra vous abonner au mois. Dans le même registre, vous avez aussi Afterclass et France TV Education ou des sites comme lebacdefrancais-net.

réviser le bac de français sur le web

Pour aborder et comprendre des notions ou concepts essentiels, vous pouvez aussi consulter des chaînes Youtube pédagogiques comme “Dessine-moi l’éco” :

Au-delà du bac

Vous pouvez visionner les vidéos de Moocs spécialisés (voir mon guide détaillé sur les Massive Open Online Courses). A titre d’exemple, La plateforme Fun a regroupé l’ensemble des Moocs fondamentaux pour préparer les concours de la Fonction Publique Territoriale.

réviser avec les moocs

De même, des étudiants ou enseignants passionnés par leur domaine partagent généreusement leurs contenus et analyses sur leur blog :

réviser avec les blogs étudiant

💡Trouvez votre canal d’apprentissage privilégié

Lorsque nous étudions, nous enregistrons les informations par 3 canaux d’apprentissages sensoriels principaux , la vision, l’audition et le ressenti :

  • Les visuels vont essentiellement mémoriser en visualisant des graphiques, des images, des  couleurs ou en créant des mindmaps et des fiches bien structurées,
  • Les auditifs vont mieux apprendre en écoutant. Ils vont par exemple lire leurs cours à haute voix ou s’appuyer sur des audios pour réviser,
  • Les kinesthésiques comprendront par le ressenti en expérimentant les choses avec leur corps. Faire des exercices pratiques, écrire, réviser en bougeant est un bon moyen de mémoriser pour eux.

Nous mobilisons naturellement ces 3 canaux sensoriels mais nous avons bien souvent une préférence pour l’un d’eux. Pour connaître ce canal privilégié, observez vote façon de travailler ou passez ce petit test. Puis, choisissez des supports de révision adaptés à votre canal d’apprentissage.

 

ETAPE N°4 :RéviseZ activement

Vous savez certainement qu’apprendre et mémoriser en  relisant passivement vos cours encore et encore est totalement inefficace.

A la deuxième ou la troisième relecture, vous pensez que vous savez mais, si on vous demande de restituer de mémoire ce que vous venez de lire quelques heures plus tard, vous aurez du mal à restituer toute l’information avec précision. C’est ce qu’on appelle l’illusion de la connaissance.

La solution pour sortir de cette illusion est d’engager activement tout votre corps et votre cerveau dans vos révisions.

Stabilisez vos connaissances avec le rappel et la répétition

Pour vous rappeler durablement de ce que vous apprenez jusqu’au jour de l’examen, il va falloir faire des allers-retours entre votre mémoire de travail (qui stocke des informations pendant quelques secondes) et votre mémoire à long terme (qui stocke les informations sur une plus longue durée). Plus vous ferez de trajets, et plus le chemin neuronal sera tracé et solide. Vous disposez de 2 outils pour cela :

  • Le rappel actif : régulièrement, vous cachez votre fiche de révision et vous notez sur une feuille blanche ce que vous avez retenu sans regarder vos notes. Puis, vous consultez votre fiche pour voir ce que vous avez oublié, vous recachez votre fiche et vous notez ce que vous avez mémorisé sur la feuille. Vous recommencez l’exercice jusqu’à ce que vous ayez noté de mémoire toutes les notions importantes.
  • La répétition à intervalles réguliers : Nous oublions 80 % de ce que nous avons appris dans les 48 heures. L’astuce pour mémoriser est de réviser vos fiches avant d’oublier. Vous pouvez donc pratiquer le rappel actif selon cet intervalle : le soir-même, le lendemain matin et 1 semaine après dans l’idéal.

Le rappel actif n’est pas une stratégie d’apprentissage très populaire auprès des étudiants qui la trouvent peut-être trop simple pour être efficace ou trop rébarbative ou qui ignorent tout simplement son efficacité.

Or, une expériences menée par Karpicke et Blunt nous indique clairement que la stratégie du rappel actif est de loin la plus performante pour mémoriser un cours.

💡Le rappel actif : la méthode la plus efficace pour mémoriser

L’expérience de Karpicke et Blunt(2) menée en 2011 consistait à retenir les données scientifiques d’un texte selon 4 méthodes différentes :

  • Le groupe 1 devait lire le texte une fois,
  • Le groupe 2 pouvait lire le texte 4 fois,
  • le groupe 3 devait lire le texte puis a disposé d’un temps prédéterminé pour créer une mindmap (carte mentale) à partir du texte pour en dégager les idées principales,
  • le groupe 4 devait lire le texte une fois puis a pratiqué le rappel actif. Les étudiants ont noté sur une feuille blanche un maximum de données dont il se souvenait sans s’aider du texte. Puis ils ont regardé le texte une deuxième fois, l’ont recaché pour recommencer l’exercice sur une feuille blanche. Ils ont disposé du même laps de temps que les étudiants qui ont réalisé une mindmap pour réitérer l’exercice.

Les étudiants ont été convoqué au laboratoire 1 semaine plus tard pour un test de connaissances :

  • Le groupe qui a eu les plus mauvais résultats est le groupe 1 (27 % de bonnes réponses),
  • Puis vient le groupe 3 qui a créé des mindmaps en s’aidant du texte (45 % de bonnes réponses),
  • Le groupe 2 est avant-dernier (49 % de bonne réponses),
  • Le groupe 4 qui a utilisé la méthode du rappel actif arrive premier (67 % de bonnes réponses).

le rappel actif efficace pour réviser

La méthode du rappel actif est plus de deux fois plus performante que la simple lecture pour mémoriser.

 

Construisez des supports de révision allégés et vivants

réviser avec des fiches structurées

Soignez la conception de vos fiches de révision pour vous faciliter la tâche et gagner du temps :

  • Concevez votre fiche après avoir parcouru l’intégralité du chapitre à résumer. Vous devez avoir une vision globale pour pouvoir synthétiser l’essentiel,
  • Relevez les titres et sous-tires et résumez les notions principales. Vous pouvez utiliser des mots-clés ou des dessins-clés,
  • Votre fiche ne doit pas être aussi longue que le cours (quel intérêt ?),
  • Ne vous contentez pas de recopier le cours, reformulez les idées avec vos mots. Vous pourrez ainsi vérifier que vous avez bien compris et vous mémoriserez d’autant mieux.
  • Structurez vos fiches en aérant et en y ajoutant des couleurs, cela aidera votre cerveau à photographier et mémoriser.

Vous pouvez également vous mettre en mode « question pour un champion » en créant des flashcards personnalisées pour mémoriser : des définitions, dates, auteurs, citations, formules, théorèmes…

Mais attention, vous avez peu de temps. Contentez-vous d’utiliser les flashcards pour les notions que vous avez vraiment du mal à intégrer.

Pour en savoir plus sur le rappel actif, les répétitions espacées et la conception de flashcards, vous pouvez consulter mon article « apprendre, réviser et mémoriser facilement avec les flashcards personnalisées ».

Pratiquez et mettez-vous en conditions d’examen

Vous êtes en mode apprentissage accéléré. Pour apprendre vite et bien , le mieux est de mettre votre cerveau en conditions réelles sans attendre :

  • Faites des exercices directement tirés des annales des épreuves,
  • Pour les épreuves de note de synthèse, dissertation ,commentaires de texte , analyse de documents, vous pouvez vous entraîner avec 2 ou 3 sujets en faisant un plan détaillé de vos idées et en rédigeant introduction et conclusion,
  • Entraînez-vous en simulant 2 ou 3 oraux avec un ami ou quelqu’un de votre famille,
  • Réalisez ces mises en situation en temps limité,
  • Consultez les corrigés ou demandez un feed-back pour repérer les points sur lesquels vous devez progresser.

Semez des indices de récupération

Vous aurez beaucoup d’informations à retenir. Le jour de l’examen, vous aurez besoin d’hameçons (les indices récupérateurs ) pour aller à la pêche aux souvenirs (les données de votre cours).

Quand vous allez réviser activement, vous allez vous créer des souvenirs qui seront constitués de différentes composantes : « j’ai révisé mon cours sur le romantisme au XIXème siècle sur la terrasse , il faisait beau. Le voisin tondait sa pelouse. J’avais choisi des fiches roses. Je me souviens qu’il y avait 7 noms d’auteur écrits sur la première fiche. J’avais dessiné un petit croquis de Notre Dame de Paris pour mémoriser Victor Hugo… ».

Dans votre cerveau, l’hippocampe, le chef d’orchestre et l’enregistreur de la mémoire, va stocker chaque composante de ce souvenir dans les zones correspondantes du cerveau et les étiqueter tout en les reliant avec un réseau de neurones ( le bruit de la tondeuse, Notre Dame, la couleur rose, les noms d’auteur…).

Le jour J, si vous avez besoin de vous rappeler du nom d’un auteur du romantisme du XIXème siècle, il suffira d’aller pêcher l’une de ces composantes pour ramener tout le souvenir et le nom des auteurs par la même occasion. Si on veut utiliser une autre image, c’est comme si vous tiriez sur l’extrémité du fil d’une pelote de laine et que toute la pelote venait avec. La composante qui vous permet de restituer tout le souvenir s’appelle l’indice récupérateur. Dans l’exemple que je vous ai donné, peut-être que l’indice récupérateur sera le bruit de la tondeuse ou le croquis de Notre Dame que vous avez dessiné.

réviser et mémoriser

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez créer ces indices récupérateurs volontairement pour faciliter la mémorisation. Plus ils seront liés à des informations qui vous sont connues, personnelles ou familières, plus ils seront efficaces. Voici quelques exemples qui peuvent vous aider :

  • Sur vos fiches ou flashcards, associez des dessins, des images, des mots-clés personnalisés aux concepts à mémoriser. Peu importe la qualité des visuels et le sens des mots que vous choisirez. L’important c’est que ces indices vous parlent et aient un sens pour vous. Plus vos créations seront amusantes et surprenantes, plus votre cerveau mémorisera.
  • Habituez votre cerveau à réviser dans des contextes différents. Cela lui permettra de compiler des indices récupérateurs liés au contexte (« Ah oui ! Je me souviens, j’étais sur le canapé du salon quand je révisais l’embryologie ! Je me rappelle du schéma ! »). Le cerveau enregistre en effet chaque donnée avec son contexte (lieu, personne, événement…).
  • Jouez avec vos émotions. Lorsque un événement provoque une émotion forte (joie, colère, peur), des molécules spéciales sont envoyées à l’hippocampe qui enregistrera mieux. Si vous organisez une séance flashcards intensives avec vos amis, vous allez peut-être piquer des fous rires en voyant les images que les uns et les autres ont associés aux définitions à retenir. C’est une bonne chose car cela va vous aider à mieux mémoriser.
  • Utilisez des moyens mnémotechniques : créez des phrases avec les liste à retenir (« Sur une racine de la bruyère, une corneille boit l’eau de la fontaine Molière » pour les auteurs français du XVIIe siècle ), utilisez les premières lettres des mots pour construire une phrase (« Maman Est Partie Bébé Pleure » pour se rappeler l’ordre des cinq premiers groupements alcanes Méthane, Ethane, Propane, Butane, Pentane)…Faites appel à votre imagination pour inventer vos propres astuces mnèmotechniques. Au moins, ça égaiera vos révisions.

ETAPE N°5 : Offrez des temps de repos à votre cerveau

Quand vous décidez de réviser à la dernière minute, vous faites comme si vous imposiez un sprint à votre cerveau. Pour qu’il accomplisse cette performance, vous devez en prendre soin et le ménager comme un sportif de haut niveau prendra soin de sa forme physique avant l’effort.

Comprenez que votre sommeil est sacré !

Les neuroscientifiques ont démontré que le cerveau traite et structure l’information pendant la nuit. Durant le sommeil, des connexions neuronales se consolident, d’autres jugées inutiles sont effacées. Le cerveau va également faire le tri des données retenues.

Pour bien apprendre, il faut donc :

  • Avoir une quantité de sommeil suffisante et éviter de passer des nuits blanches à réviser avant les examens. Un manque de sommeil va altérer la mémorisation à long terme mais aussi votre capacité à apprendre de nouvelles informations, ce qui est contre-productif. Une bonne nuit de sommeil se constitue d’au moins 3 à 5 cycles de 90 minutes en moyenne.

réviser avec un cerveau reposé

  • Avoir une bonne qualité de sommeil. Au cours d’une nuit de 8 heures, le cerveau traverse plusieurs cycles constitués chacun du sommeil léger, du sommeil profond puis du sommeil paradoxal. Des perturbations de la régularité de ces cycles ont des répercussions négatives sur les différentes formes de mémoire. La consolidation des apprentissages se fait durant le sommeil lent et profond (mémoire épisodique ou mémoire des événements, des dates, des lieux, des personnes). Durant cette phase, nous rejouons en accéléré les événements de la journée renforçant aux passages les connexions neuronales liées à nos apprentissages. Quant au sommeil paradoxal, il joue plutôt un rôle dans la consolidation des automatismes inconscients, des savoir-faire et des habiletés motrices (faire des dribbles, jouer du piano…)

 

Notre cerveau ne se contente pas seulement de fixer les souvenirs. Il transforme « intelligemment » leurs composantes pour les rendre plus efficaces : le cerveau endormi effectue un tri entre les informations mémorisées qu’il conserve (ou élimine) en fonction de leur utilité future. Il les incorpore aux mémoires préexistantes ce qui permet un enrichissement et une structuration des connaissances.

La vidéo suivante résume en 2minutes 21s tous les bienfaits du sommeil sur notre mémoire :

 

💡Un conseil : Pour apprendre plus vite, révisez ce que vous avez appris dans la journée le soir avant de vous coucher puis le lendemain matin après une bonne nuit de sommeil

L’expérience suivante a été réalisée en 2016 par des chercheurs de l’Université de Lyon (3) :

40 adultes ont été séparés en deux groupes et invités à retenir 16 mots présentés par paires en swahili et en français. Les uns pouvaient travailler le matin, puis en soirée, les autres le soir, puis le matin après avoir dormi.

À l’issue de la première séance d’apprentissage les deux groupes ont obtenu des résultats équivalents.

À la fin de la seconde séance, les «dormeurs» se souvenaient d’emblée de 10 mots sur 16, contre 7,5 mots en moyenne pour l’autre groupe, mais il leur fallait deux fois moins d’essais pour trouver tous les mots.

Les 2 groupes ont été réinterrogés 1 semaine plus tard et 6 mois plus tard. Le groupe des « dormeurs » étaient toujours celui qui avait mémorisé le plus de mots.

Bien dormir après une longue séance de révision est donc une excellente stratégie mais dormir entre 2 séances de révision d’une même leçon est une stratégie encore plus efficace pour retenir.

Apprenez à doser et répartir vos pauses

se détendre pendant les révisions

Votre cerveau a besoin de repos régulier pour digérer, reclasser et consolider l’information.

Une vraie pause consiste à activer le mode “par défaut” de votre cerveau durant lequel vous laissez vagabonder vos pensées. Cet état de rêverie augmenterait de façon significative les capacités attentionnelles et les performances de mémorisation (+10% selon une étude réalisée par Cyril Couffe(4), Docteur en Psychologie cognitive et neuropsychologue avec les étudiants de GEM).

Attention, allez consulter ses mails ou les réseaux sociaux de façon compulsive n’est pas une vraie pause. Si vous voulez tirer parti de ces moments de détente, vous devez avoir l’esprit libre. Essayez par exemple de marcher à l’extérieur, écouter de la musique, regarder par la fenêtre, boire un jus de fruit ou méditer.

💡Une tomate pour gérer l’alternance séances de travail/pauses

La technique Pomodoro (technique de la tomate) est une technique de gestion du temps développée par Francesco Cirillo à la fin des années 1980. Comme notre capacité de concentration est limitée, l’idée est ici de se focaliser sur une seule tâche à la fois (notre tomate) pendant une durée limitée puis de faire une courte pause. Cela donne :

  • 25 mn de travail et de concentration sur la tâche que vous avez choisie

  • 5 minute de vraie pause (mode par défaut)

  • Après 4 cycles de 25 mn, vous pouvez faire une longue pause de de 15 à 30 mn.

Vous aurez besoin d’un minuteur ou d’une application comme Tomato timer  pour gérer votre temps.

Adaptez les plages de temps de travail et de pause à votre rythme et aux types de tâches que vous programmez. Par exemple, pour s’entraîner à faire des exercices de maths, peut-être qu’un rythme de 50 mn de travail alterné avec 10 mn de pause sera plus adapté.

Respectez surtout le fait d’alterner séances de travail et pauses régulièrement dans la journée pour permettre à votre cerveau de déconnecter.

 

Je crois que vous avez tout ce qu’il faut pour vous lancer. Il n’y a plus qu’à vous souhaiter bonne chance🍀. Considérez ces révisions de dernière minute comme une expérience de plus dans votre vie durant laquelle vous allez en apprendre beaucoup sur vous-mêmes. « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » disait le chimiste et philosophe Lavoisier. Si vous suivez les 5 principes que je vous ai confiés, il en ressortira forcément quelque chose le jour de l’examen. Alors, arrêtez d’angoisser, agissez et ayez confiance dans le processus ✨ !

Je serais curieuse de savoir quel type d’épreuve vous impressionne le plus. Vous pouvez m’en parler dans les commentaires.

A bientôt sur Learneuse.com !

Pour aller plus loin, vous trouverez ci-dessous le détail des références scientifiques citées dans cet article :

(1)https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/26/2895629-le-stress-aurait-aussi-des-effets-nefastes-sur-la-memoire.html

(2) Retrieval practice produces more learning than elaborative studying with concept mapping, Karpicke et Blunt, 2011.

(3)Relearn Faster and Retain Longer: Along With Practice, Sleep Makes Perfect

(4) Comment booster sa concentration au travail ?, étude de Cyril Couffe

Cet article est le n°19/52 du défi: “52 idées à explorer pour aider vos 12-25 ans à trouver leur voie”.

 

Aimer et partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 réflexions sur “Réussir ses révisions de dernière minute en 5 étapes

  1. Goldusa dit :

    Quand je lis cela me rappelle des souvenirs ( révisions bac de français, l’histoire géographie et les sciences naturelles , la philo qui étaient ma bête noire dans l’organisation de mes révisions; ma panique dans la préparation des concours en prépa). Cet article m’aurait été très utile à l’époque. Mais si jamais je devais passer un éventuel concours cela sera très profitable

    • Jo Andria dit :

      Pour ma part, c’était l’histoire géo que j’appréhendais le plus ! Ingurgiter toutes les cartes à apprendre, quelle galère ! Malheureusement on n’avait pas internet à l’époque pour trouver des trucs et astuces pour apprendre plus vite. Si ça peut servir pour un prochain concours, tant mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *