Améliorer sa culture générale quand on a peu de temps

conversation pour ameliorer sa culture generale

C’est l’été. Vous êtes invité à une soirée entre amis.

Attablés à la terrasse du jardin, vous refaites le monde, débattez de tout et de rien, de l’actualité, du changement climatique, de ciné, de méditation… Tous les convives ont l’air à l’aise dans toutes les discussions. Mais vous, il y a quelque chose qui vous turlupine. A chaque sujet lancé, vous dites 2, 3 banalités mais vous n’arrivez pas à tenir la conversation😔.

Il est vrai que ces derniers temps, vous n’avez pas vraiment eu le temps de vous informer et de vous intéresser à autre chose que votre quotidien. Ça vous chagrine. Vous aimeriez tant pouvoir donner votre opinion sur la dernière crise en date ou partager vos dernières découvertes de livre.

Autre temps, autre lieu, autre situation.

Vous êtes bien décidé à vous lancer dans des études supérieures ou à évoluer vers un poste de cadre. Mais, pour cela, il va falloir en découdre et passer par des concours.

Qui dit concours, dit souvent épreuve de culture générale. Et puis, si vous réussissez, vous savez que vous aller travailler avec des ingénieurs, des juristes, des responsables de com… Glurp ! Vous appréhendez déjà les conversations autour du café et les déjeuners d’affaires🤨.

Bref, cela vous ferait grand bien d’améliorer votre culture générale. Mais comment faire ? Vous êtes déjà surbooké.

Bon. Assez complexer ! Vous allez vous prendre en main. Pas question ici d’améliorer votre culture générale pour en mettre plein la vue. Dans cet article, vous allez trouver un plan d’action pour apprendre et mémoriser des choses qui vous seront utiles et que vous aurez plaisir à connaître et à partager autour de vous😊.

Au programme :

I- Pourquoi améliorer sa culture générale ?

II- Délimiter son ou ses sujets a explorer

III- Les outils pour améliorer sa culture générale au quotidien

IV- Assimiler l’information et être capable de la partager à bon escient

V- Améliorer sa culture générale : du débutant à l’expert

 

Suivez le guide😊…

Lire la suite

Rebondir dans un monde incertain grâce aux soft skills [Podcast : Interview de Jérôme Hoarau]

 

Jerome Hoarau expert soft skills

“Personne n’est à l’abri d’un désastre, mais tout le monde a la capacité de s’adapter”,

Steve Lambert, acupuncteur, auteur et libre penseur

Appuyez sur “play”, pour écouter ou ✔️faites un clic droit et cliquez sur télécharger/enregistrer pour recevoir et écouter directement le fichier audio sur votre appareil. Vous trouverez ci-dessous la transcription intégrale de l’interview si vous préférez lire.

 

Au programme de ce podcast :

(Cliquez sur les parties qui vous intéressent pour y accéder directement)

I- Portrait de Jérôme Hoarau, expert en Soft Skills

1) Un expert curieux de tout et qui nous pousse à l’action

2) Comment les échecs ont construit le parcours de Jérôme jusqu’aux soft skills ?

II- La vraie définition des soft skills

1) Traduire les soft skills : Compétences douces, molles, émotionnelles ou comportementales ?

2) Portrait-robot d’une soft skill

III- Pourquoi développer ses softs skills est vital au 21ème siècle ?

1)Les soft skills, un outil de survie indispensable dans un monde incertain

2) Quelles sont les soft skills à développer pour savoir rebondir dans sa vie ?

IV- Valoriser ses soft-skills en entreprise

1) Cas d’école : les softs skills d’une mère de famille

2) Vendre ses compétences soft skills à l’entreprise

V- Comment aider les enfants à déployer leurs softs skills et à trouver leur voie ?

1) Le réflexe soft skills : Aider l’enfant à prendre conscience que la difficulté est une formidable occasion d’apprendre

2) Le rôle du parent “coach” : Amener l’enfant à se questionner et à tester pour construire ses softs skills

3) Lâcher-prise sur les choix d’orientation grâce aux soft skills

VI- Les soft skills au service des apprentissages

1) Soft skills et concentration

VII- Pour conclure

1) Les projets d’apprentissage de Jérôme

2) Le programme “Soft Skills 2.0”

3) Un dernier mot…

Lire la suite

Mieux s’exprimer à l’écrit : Stop au syndrome de la page blanche [vidéo]

 

stop au syndrome de la page blanche

Rédiger est pour vous une galère ? Vous avez du mal à exprimer vos idées à l’écrit ? Vous ne trouvez pas les bons mots ?  Vous passez des heures à écrire un simple mail ?Crying face

Je suis passée par ces difficultés à l’école mais aussi au travail. Un jour, j’en ai eu assez d’avoir la boule au ventre à chaque fois que je devais produire un écrit. Je voulais exprimer mes idées clairement et simplement et enfin avancer avec légèreté dans mes projets.

Dans cette vidéo, je vous raconte comment j’ai surmonté le syndrome de la page blanche en musclant mon intelligence verbo-linguistique. Je vous livre également les actions concrètes que j’ai mises en place pour pouvoir m’exprimer à l’écrit de façon plus spontanée et plus fluide.  J’espère que cela aidera tous ceux d’entre vous qui bloquent sur les mots.

Suivez le guide Be right back

Lire la suite

Ecole 42 : peut-on apprendre et réussir sans cours, sans profs et sans diplôme ?

ecole 42

L’Ecole 42 ? Mais qu’est ce que c’est que cet OVNI ?

Une école sans profs, ni cours, ni diplômes ?

Ça existe ça ?🤔

Et oui ! L’Ecole 42 existe bien.

Elle a d’ailleurs été classée 2ème meilleure école de code du Monde en 20191.

Cela faisait longtemps que j’avais envie de vous parler de la pédagogie de cette école pas comme les autres. D’après les recruteurs, les développeurs qui sortent de 42 sont très appréciés pour leur technicité, leur créativité et leurs fortes capacités d’adaptation.

Ces élèves 3.0 n’ont visiblement pas de difficultés à faire leur place dans la nouvelle économie.

Quel est leur secret ?

J’étais curieuse de savoir si nous pouvions nous inspirer de leurs parcours et de leurs façons d’apprendre pour, nous aussi, nous épanouir dans nos études et nos vies professionnelles.

Je suis donc directement allée à la source et j’ai parcouru le livre « Apprendre 3.0 » fraîchement écrit par Nicolas Sadirac, inventeur de cette pédagogie et fondateur des 2 écoles à l’origine de 42, l’EPITA et l’EPITECH.

Bon, pour tout vous dire, ce visionnaire génial a malheureusement été au cœur d’un scandale qui a quelque peu terni l’image de l’Ecole😞.

Il a depuis démissionné et cédé sa place à une directrice tout aussi engagée et dynamique, Sophie Viger qui se bat pour redorer le blason de l’Ecole et continuer à innover en matière de pédagogie.

Mais, ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain.

Même si vous n’avez pas du tout envie de devenir un codeur frénétique, je vous encourage à lire la suite de cet article.

Les ingrédients qui font la réussite de 42 sont une belle source d’inspiration pour qui veut prendre son éducation en main et se donner une chance de trouver sa place dans le Monde d’aujourd’hui.

Je partage avec vous les principaux enseignements que j’ai retirés de cette lecture. Après avoir lu cet article, vous aurez en tête des idées d’action pour mieux apprendre tout au long de votre parcours et devenir vraiment compétent dans votre domaine.

Cet article est un peu plus long que mes autres posts. Comptez 15 à 20 minutes de lecture. Vous pouvez le lire en plusieurs fois.

Vous trouverez dans chaque partie une rubrique “🎬A vous de jouer” qui vous permettra d’appliquer les principes de l’Ecole 42 dans votre quotidien.

Au programme :

I- Naissance de l’Ecole 42, une école pas comme les autres

II- Apprendre sans cours

III- Apprendre sans profs

IV- Etre libre de son emploi du temps

V- Apprendre en projet avec ses pairs

VI- L’Ecole 42, une école de la pratique avant tout

VII- Apprendre avec les nouvelles technologies

Suivez le guide Be right back

Lire la suite

3 routines de “bosseuse zen” pour être efficace au travail sans s’épuiser (ou comment buller avec brio ?)

Cet article participe à l’événement interblogueurs‘’Mes 3 méthodes efficaces pour être plus zen au quotidien’’ organisé par le blog “Devenir efficace et plus zen” de Johann, un blog où il vous propose de développer votre efficacité pour vivre une vie riche et épanouissante.

etre efficace au travail

J’aime que mon travail soit bien fait. J’ai un petit côté perfectionniste agaçant qui fait de moi une candidate de premier choix au burn-out Disappointed smile.

Avant, je pensais qu’être efficace au travail signifiait être plongée non-stop dans le flux ininterrompu de mes tâches, sans faire de break.

J’étais un peu du genre à zapper les pauses-café et à avaler un encas vite fait à midi pour traiter au mieux un maximum de dossiers.

Résultat : en fin de semaine, j’étais littéralement épuisée et je traînais de gros reliquats de fatigue la semaine suivante. Un véritable cercle vicieux !

Vous allez me dire, c’est normal, c’est la pression du boulot qui veut ça.

Et ben non ! Maintenant que je suis en disponibilité et que je suis libre d’organiser mon temps comme je le souhaite, je m’impose exactement le même rythme.Crying face

C’est grave docteur ?

Heureusement, il y a quelques semaines, en pliant mon linge, j’ai eu une révélation.

J’écoutais un passage de l’excellent livre de Cal Newport, « Deep Work ».

Dans ce livre, il raconte l’histoire de Tim Kreider, essayiste et dessinateur humoriste, allergique à l’idée d’être débordé dans son job.

Tim Kreider se définit comme la personne ambitieuse la plus paresseuse au monde. Un jour, il en a eu ras le bol d’être submergé d’emails et de demandes impromptues. Cela l’empêchait de se concentrer sur le cœur de son métier, à savoir, écrire de bons articles.

Il s’est donc isolé dans un coin perdu de campagne sans connexion internet pour ne plus être dérangé. Il a lu, pris le temps de vivre et contemplé la nature.

Contre toute attente, il a produit ses meilleurs contenus durant cette retraite. Cette oisiveté à temps partiel lui a été salutaire pour progresser d’un bond dans son métier.

A la fin de cette histoire, Cal Newport conclut avec cette analogie :

« L’oisiveté ce n’est pas des vacances, un luxe ou un vice. Elle est aussi importante pour le cerveau que la vitamine D pour le corps. Quand nous en sommes privé, nous souffrons d’une détresse mentale aussi handicapante que le rachitisme. »

Là, j’ai bugué : « Ah ben mince ! Se détendre, ne rien faire, se délasser, buller, paresser, c’est bien alors pour être efficace dans son travail ? »

Selon Cal Newport et les recherches de nombreux scientifiques, oui !

Quel soulagement !Rolling on the floor laughing

Cette analogie a complètement changé ma vision du travail sérieux. J’ai lâché mon costume d’employée modèle exténuée, pour mon costume de bosseuse-zen.Nerd smile

En réalité, j’ai compris comment produire un travail de qualité tout en prenant le temps de paresser.

Si vous êtes saturé de travail et que vous tenez tout de même à bien faire les choses sans y laisser votre peau, lisez ce qui suit.

Inspirée par Cal Newport, je partage avec vous mes 3 routines de “bosseuse zen”. J’ai décidé de les inscrire à mon emploi du temps quotidien pour être efficace au travail et faire du bon boulot sans m’épuiser.

Vous allez apprendre comment recharger les batteries de votre cerveau en bullant avec brio.

Au programme :

I- Mais ça veut dire quoi en vrai “buller pour mieux travailler” ?

II- Pourquoi “buller” est incontournable pour être zen et plus efficace au travail ?

III- Routine N°1 de “bosseur zen” : aller au contact de la nature

IV- Routine N°2 de “bosseur zen” : buller à temps complet en soirée pour être plus efficace au travail le lendemain

V- Routine N°3 de “bosseur zen” : buller oui ! mais avec méthode !

Suivez le guide Be right back

Lire la suite

Comment se concentrer : Des solutions aux problèmes de concentration (#1 Les interruptions 4/4)

 

solutions aux problèmes de concentration

Nous arrivons au dernier chapitre de ce volet consacré à toutes ces interruptions qui envahissent nos vies et qui nous font perdre énormément de temps Call me.

Si vous avez des problèmes de concentration et que vous n’avez pas vu les précédents épisodes :

✅Cliquez ici pour voir la vidéo n°1 “Zapper, c’est dans nos gènes”,

✅Cliquez ici pour voir la vidéo n°2  “Interruptions et perte de temps, fais le calcul”

Cliquez ici pour voir la vidéo n°3 “ Ces petits riens qui te rendent inefficaces”

Mais existe-t-il vraiment de solutions miracles pour réapprivoiser votre concentration dans ce monde hyperactif et hyperconnecté ?

Et bien je dirais qu’il va vous falloir être un warrior pour retrouver le chemin de votre efficacité.

Chaque seconde, une pensée, une notification, un collègue, un pote, une info, une pseudo-urgence, ou une envie peuvent surgir et vous mettre au défi de lâcher votre tâche prioritaire.

Si vous cédez, c’est la porte ouverte aux retards, à l’abandon et aux frustrations.☹️

Votre travail va consister à mettre en place pas à pas de nouvelles habitudes pour être préparé à l’assaut de ces interruptions.

Et comme votre volonté (comme celle de tout être humain) est limitée, inutile de vous donner 36000 solutions à mettre en place.

Pour que vous puissiez goûter au plaisir de progresser et de réussir, je vous livre dans cette vidéo quelques conseils basiques à mettre en place au quotidien pour alléger vos problèmes de concentration.

A vous de choisir une habitude que vous pourrez tester pendant 30 jours (oui, 30 jours c’est un minimum pour obtenir des résultats tangibles et installer une habitude 😇).

Pour réduire les problèmes de concentration, vous avez 2 possibilités :

I- Réduire la quantité de distractions (une évidence ! Mais qui le fait vraiment ?),

II- Limiter les effets des distractions (avec une habitude-clé : l’auto-observation)

Vous trouverez après cette vidéo de 2 minutes :

  • La transcription complète de l’épisode,
  • Une troisième partie où je vous donne des conseils complémentaires pour passer à l’action et enfin décider de ne plus vous laisser distraire pour rien,
  •  Et quelques références pour aller plus loin.

Bon visionnage Be right back

Lire la suite