7 choses que j’ai apprises dans la Fonction Publique Territoriale

la fonction publique territoriale

Voilà 2 ans que je suis en immersion dans le monde des collectivités et, avec ces quelques mois de recul, je voulais partager avec vous les 7 choses que j’ai apprises dans la Fonction Publique Territoriale.

Il y a 4 ans, j’ai fait le choix de passer le concours d’attaché territorial pour plusieurs raisons. A l’époque, j’adorais mon job de conseillère création d’entreprise où j’accompagnais individuellement des personnes dans leurs projets…un métier très riche humainement parlant. Mais j’avais envie d’évoluer et de m’orienter vers un métier d’animation territoriale.

Toujours en poste, j’ai vu un jour sur le web que les inscriptions pour les concours d’attaché allaient bientôt être closes…je me suis inscrite un peu comme ça, par hasard…J’ai préparé ce concours seule à ma façon tout en continuant à travailler et je l’ai réussi. J’ai ensuite fait comme tout le monde: j’ai épluché les annonces sur le site emploi-territorial.fr. Comme je n’avais pas trop la pression, j’ai pris mon temps pour postuler sur des missions qui avaient vraiment du sens pour moi…Et 2 ans après ma nomination au concours, j’ai intégré une grosse collectivité en tant que chargée de mission. J’ y ai été titularisée puis j’ai eu l’opportunité au bout de 18 mois d’évoluer vers un poste de manager dans une autre collectivité de taille moyenne.

Durant ces 2 ans, j’ai eu l’impression d’avoir vécu dans un tourbillon. Il faut savoir qu’avec la Réforme Territoriale (diminution du nombre de Régions, montée en compétences des Métropoles, fusion des intercommunalités,…), les agents de la Fonction Publique Territoriale vivent énormément de changements dans leur quotidien. C’est un univers que je ne connaissais pas du tout. J’ai donc plongé sans filet et j’ai appris beaucoup de choses auprès de mes collègues:

  • Le “parapheur”: Fraîchement arrivée, j’ai appris qu’on n’envoyait pas son courrier comme ça, “comme une lettre à la Poste”… La procédure veut que le courrier soit soigneusement remis dans une sorte de grand trieur rigide appelé “le parapheur”. Sur le premier volet, on y glisse une feuille où figure tout le circuit de validation du courrier: niveau N, N+1, N+2,… pour arriver à la signature de l’élu concerné.  En clair, le courrier remonte ce circuit puis redescend avec la signature du niveau hiérarchique pertinent…Et si il y a des loupés, le courrier fera l’aller retour plusieurs fois! Cela semble anecdotique mais symbolise parfaitement mon entrée de plain pied dans mes fonctions d’attaché territorial…Ici, tout est cadré et structuré selon des procédures pré-établies. Chaque agent doit respecter le circuit pour valider toute action. Très autonome dans mon poste de conseillère d’une petite structure, il m’a fallu quelques semaines pour m’adapter à ce nouveau fonctionnement.

 

  • La culture de l’écrit: Je n’ai jamais autant écrit de ma Vie…Notes, rapports, courriers, conventions, délibérations, compte-rendus…Le plus impressionnant, ce sont les notes demandées dans un délai souvent très courts, afin d’éclairer un élu qui doit se préparer à une entrevue ou une réunion importante…J’ai donc très vite appris à anticiper d’éventuels besoins ou à préparer systématiquement des pré-notes au cas où…

 

  • “Valse” vs “Rock”: En formation d’intégration, un intervenant nous a expliqué que les collectivités dansent la valse à 3 temps alors que les acteurs de la société civile dansent le rock…Le challenge est de pouvoir faire danser tout ce petit monde ensemble pour faire avancer la société dans le bon sens!  A partir du moment où nous travaillons avec de l’argent public, l’argent du contribuable, c’est à dire notre argent, il est normal d’être vigilant sur son utilisation et de mettre en place des procédures de contrôle et de validation….Ce processus prend forcément du temps.

 

  • Des fonctionnaires engagés: L’image du fonctionnaire qui se la coule douce a la vie dure dans l’opinion publique!  Sur le terrain, j’ai pourtant rencontré des fonctionnaires de la Territoriale passionnés et passionnants: Des éducateurs impliqués, des juristes pointus, des secrétaires dévouées, des informaticiens réactifs… Dans les collectivités de plus petite taille, j’ai travaillé avec  des managers de proximité et des chargés de mission qui jouent les couteaux suisses et ne comptent pas leurs heures car ce sont bien souvent des postes qui demandent beaucoup de polyvalence et de débrouillardise.

 

  • Notre poste ne nous appartient pas: “tout fonctionnaire est titulaire de son grade et pas de son emploi”…La collectivité peut demander à son agent de changer de poste dans la mesure où ce poste respecte son grade. Ainsi demain, s’il y a une réorganisation dans ma collectivité, je peux être affectée sur des missions totalement différentes de celles que j’exerce aujourd’hui….(Passer de l’économie à l’urbanisme par exemple…)…Et oui, n’oublions pas, nous sommes ici au service de l’intérêt général avant tout! Adaptation et polyvalence sont donc les bienvenues.

 

  • Discrétion: tout fonctionnaire est soumis au devoir de réserve, à la discrétion professionnelle et au secret professionnel…Nous représentons notre collectivité à l’extérieur, nous touchons parfois à des sujets politiques sensibles ou  nous recensons des données personnelles confidentielles sur des situations d’usagers…Que ce soit avec nos collègues, nos partenaires, nos proches et le public en général, nous devons être vigilants quant à l’information que nous communiquons…

 

  • Formation: J’étais impressionnée par l’offre de formation du CNFPT proposée aux agents. En entrant dans la Fonction Publique Territoriale, je suis passée par 10 jours de formation d’intégration mais également par 5 à 10 jours de formation de professionnalisation. Je n’avais pas vraiment connu cela dans le privé. Il y en a pour tous les goûts: management, organisation, techniques et métiers, expression écrite/orale, développement personnel et coaching,…

 

Aujourd’hui, je ne m’ennuie pas dans ce boulot où j’ai la chance de travailler avec de nombreux partenaires et collègues intéressants. Je découvre également le management en collectivité avec cette question qui me tracasse: comment mettre en place un management plus collaboratif dans une organisation pyramidale…Un vrai challenge au quotidien.

…Suite au prochain épisode de cette expérience d’immersion!

En attendant, n’hésitez pas à me faire part de vos propres expériences et réflexions en commentaires…

Aimer et partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *